Canadiens de Montréal

«Je ne pense pas que c’était un vol» - P.K. Subban

Publié | Mis à jour

Les Canadiens de Montréal tiraient peut-être de l’arrière par la marque de 2-0 en milieu de troisième période, mais ils ont tout de même trouvé le moyen de l’emporter en temps régulier.

Deux buts de Max Pacioretty et un autre de P.K. Subban, tous en avantage numérique, avec moins de 10 minutes à faire au troisième engagement ont permis au Tricolore de se sauver avec les précieux deux points au classement.

«Je ne pense pas que c’était un vol, a tout d’abord indiqué P.K. Subban après la rencontre. Nous avons tiré avantage de nos opportunités. Je pense que nous en avons eu beaucoup lors du match.

«Parfois, nous avons besoin de chance. Nous avons fait du bon travail en déplaçant la rondelle aux endroits où nous connaissons du succès.»

Pourtant, tout juste avant de trouver le fond du filet, Subban a écopé lui-même d’une pénalité qui a permis aux Jackets de prendre une avance de 2-0.

«Je ne pensais pas que c’était une pénalité, a continué Subban. Je ne faisais que batailler pour la rondelle.»

Chimie

Le trio composé de Pacioretty, Tomas Plekanec et Brendan Gallagher a connu passablement de succès tout au long de la soirée. Le premier a trouvé le fond du filet à deux reprises et les deux autres ont chacun amassé une aide.

«Ç’a été l’une de mes rencontres favorites depuis le début de la saison, a commenté Pacioretty. Nous avions une bonne chimie. Les gars qui jouent avec "Pleky" connaissent toujours du succès. Il sait ce qu’il fait et garde les choses simples.»

De son côté, Gallagher a vu les arbitres lui refuser un but en première période; une décision qu’il était plutôt difficile à contester, selon lui.

«J’étais tout près, a-t-il simplement dit. Mais c’était tellement serré.»

Dans tous les cas, l’avantage numérique du CH a enfin débloqué, au grand soulagement des joueurs.

«C’était un sujet chaud toute la semaine, a commenté Pacioretty. [...] Nous savions que nous devions continuer de cette manière et espérer des rebonds pour obtenir du momentum. C’est ce qui s’est passé.»