LNH

Merci aux poteaux

Publié | Mis à jour

On disait souvent, «dans le temps», que Patrick Roy parlait à ses poteaux afin qu’ils fassent quelques arrêts quand lui ne les faisait pas.

Si cette technique marche réellement, Jaroslav Halak doit leur chanter des chansons, leur faire des massages, leur offrir des chocolats à la St-Valentin, etc.

Parce que le gardien des Islanders a été grandement aidé par ses amis en acier, mardi soir, lorsque des joueurs des Rangers les ont atteint trois fois en quelques secondes.

C’en était presque comique. Sauf pour Derick Brassard. Lui, il ne riait pas.

Sujets