David Foucault

Photo : David Foucault Crédit : JEFF HANISH/USA TODAY SPORTS

En route vers le Super Bowl

Foucault et les Panthers respirent la confiance

Publié | Mis à jour

David Foucault a connu une année de rêve en 2014. Il a maintenant la chance d’amorcer également la nouvelle année en beauté.

Le Québécois des Panthers de la Caroline s’apprête à participer à son tout premier match éliminatoire dans la NFL. Samedi soir, son équipe a rendez-vous avec les Seahawks à Seattle en demi-finale de l'Association nationale.

À trois jours de vivre cette grande première, Foucault a accordé une entrevue à l’émission de la chaîne TVA Sports «Le Fanatik», mercredi.

Même si les champions en titre du Super Bowl sont largement favoris pour cet affrontement, la confiance règne dans le camp des Panthers.

«Comme on gagne à répétition depuis cinq ou six semaines, ça donne confiance à toute l’équipe. Ça nous incite à travailler encore plus fort. On progresse de match en match, on peut se rendre vraiment loin», a-t-il indiqué avec optimisme.

Environnement bruyant

En plus de faire figure de négligés, les Panthers auront la lourde tâche de jouer dans ce qui est considéré comme le stade le plus bruyant du circuit Goodell. Les joueurs se sont d’ailleurs préparés en conséquence.

«Il paraît que toutes les équipes perdent là-bas à cause du bruit. À l’entraînement aujourd’hui, on a mis du bruit à fond pour ne pas nous entendre sur le terrain. On se faisait des signes pour tous les jeux», a raconté Foucault.

Comme la semaine passée contre les Cardinals de l’Arizona, l’ancien des Carabins de l’Université de Montréal ne devrait pas voir d’action le week-end prochain.

Qu’à cela ne tienne, il sera prêt, sur les lignes de côté, si jamais ses services sont requis. D’une façon ou d’une autre, l’expérience lui sera profitable. 

Des expériences, il en a justement mis abondamment en banque en 2014.

«2014 a été une grosse année pour moi, une année de rêve et d’apprentissage. C’était aussi une année dure, car j’ai dû travailler fort pour montrer ce que j’étais capable de faire. J’ai donné tout ce que je pouvais.»