LNH

Les Penguins s'ennuient de Dupuis

Publié | Mis à jour

Sidney Crosby a beau être le meilleur joueur de hockey sur la planète, il peut lui arriver de connaître des passages à vide comme c’est le cas actuellement.

La fiche du capitaine des Penguins au cours de ses 15 derniers matchs n’est en effet guère reluisante. Pour un joueur de son calibre, on s’entend, et malgré le fait qu’il ait amassé quatre passes vendredi soir contre le Lightning de Tampa Bay.

Il n’a inscrit que deux buts et 11 mentions d’aide depuis le 26 novembre.

À ses 50 dernières rencontres, incluant les séries éliminatoires le printemps dernier, il n’a trouvé le fond du filet que 11 fois.

«La petite pause de Noël a été bénéfique, a fait remarquer Crosby, après l’entraînement matinal de l’équipe vendredi au Consol Energy Center à Pittsburgh. Non seulement on a pu passer quelques jours à la maison avec la famille, mais plusieurs de nos joueurs ont pu soigner leurs bobos et refaire le plein d’énergie.»

Une équipe décimée

Il est vrai que les Penguins, adversaires du Canadien samedi soir à Pittsburgh, n’ont pas été ménagés par les blessures (et la maladie) depuis le début de la saison.

«Heureusement, dit le centre de 27 ans, c’est que plus le temps avance, plus nos blessés reviennent graduellement au jeu.»

Crosby a lui-même raté trois matchs à la mi-décembre après avoir contracté les oreillons.

Il admet qu’il s’ennuie notamment de l’attaquant québécois Pascal Dupuis, son ailier droit régulier, à qui on a découvert un caillot de sang dans l’un de ses poumons en novembre.

Dupuis ne reviendra pas au jeu cette année. Certains prétendent même que sa carrière est compromise.

«On regrette son absence, dit Crosby. C’est une perte énorme. Il représente un rouage important au sein de notre formation. Mais, la bonne nouvelle, c’est qu’on le voit régulièrement dans l’entourage de l’équipe. Il assiste à la plupart de nos matchs à domicile. Je lui ai parlé au jour de l’An et son moral est bon.»

«Ceux qui le connaissent bien savent qu’il est compétitif et qu’il a hâte de reprendre le collier. Je sais ce qu’il vit présentement, j’ai dû m’absenter pendant de longues périodes. Je suis passé par là.»

«Le fait d’avoir séjourné au Québec pendant dans le temps des Fêtes a été bénéfique pour lui. Je lui souhaite une guérison complète.»

«Un grand leader»

Kristopher Letang déplore lui aussi la perte de Dupuis.

«Non seulement il est l’un de nos meilleurs joueurs sur la patinoire, a indiqué le défenseur québécois, mais il est aussi un grand leader dans le vestiaire. Il impose sa présence et exerce une grande influence auprès des jeunes.

«Il a traversé de grandes épreuves, c’est un exemple de courage et de persévérance.»

Marc-André Fleury a renchéri sur les propos tenus par les autres membres de l’organisation.

«Pascal est le parfait coéquipier. C’est un bon vivant et un farceur dans le vestiaire. Il parle sans cesse. Il réussit toujours à détendre l’atmosphère.

«Il nous manque à tous. On a perdu un gros morceau, car il était utilisé à toutes les sauces et il complétait à merveille notre premier trio.

«Tout ce que j’espère, c’est qu’il retrouve la santé, avant même d’envisager un retour au jeu. Nous sommes derrière lui.»

Fleury contre le CH

Coïncidence ou pas, Fleury, qui a laissé sa place à Thomas Greiss devant le filet contre le Lightning de Tampa Bay vendredi, affrontera le Canadien samedi soir.

«Ce n’est pas moi qui décide, a-t-il expliqué, sourire en coin. Mais jouer contre le CH représente toujours un beau défi pour moi.»

Le gardien originaire de Sorel a inscrit 14 victoires cette année devant ses partisans, un sommet dans la LNH. Il est aussi le meneur du circuit avec six blanchissages, soit un de plus que Henrik Lundqvist, des Rangers de New York.