Championnat mondial junior 2015

Fucale affrontera le Danemark

Agence QMI / Kevin Dubé

Publié | Mis à jour

Même si Eric Comrie a affronté les États-Unis au cours du plus récent match de la formation canadienne mercredi, l’entraîneur-chef Benoit Groulx fera confiance au gardien Zachary Fucale lors du quart de finale du Championnat mondial de hockey junior prévu vendredi soir contre les surprenants Danois.

«Même question, même réponse. Nous aimons nos deux gardiens et nous croyons que Zach a bien fait. Nous avons confiance en lui, c’est tout», a expliqué Groulx au terme de l’entrainement de l’équipe, jeudi, un premier au Air Canada Centre de Toronto.

Le pilote refuse de parler d’un système d’alternance.

«Ça semble une rotation, mais pour nous, ce ne l’est pas. Nous avons des discussions après chaque partie. Dans notre esprit, il n’y a pas de système d’alternance. Il y en a eu un pour les deux premiers matchs, car nous voulions voir les deux gardiens. Maintenant, nous y allons un jour à la fois et en ce moment, nous croyons que Zach est le bon candidat pour le match de demain (vendredi).»

«Il est passé à travers plusieurs expériences positives et négatives dans sa carrière. C’est un gagnant et il est habitué de jouer des matchs importants sous pression. Il a de l’expérience et sait comment se préparer pour ce genre de rencontre.»

Prêt pour le défi

Justement, le gardien qui appartient désormais aux Remparts de Québec entend profiter de son expérience pour ce match face aux Danois, particulièrement celle de l’an dernier où l’équipe avait déçu et terminé quatrième.

«Quand tu gagnes, tu apprends, mais je pense que tu apprends deux fois plus quand tu perds. Je pense que les gars qui ont vécu ça sont rendus forts. On transmet ça à l’équipe.»

Une menace

Les Canadiens devront avoir à l’œil le premier trio danois, composé de Nikolaj Ehlers, d’Oliver Bjorkstrand et de Mads Eller. D’ailleurs, Fucale connaît probablement Ehlers plus que quiconque chez Équipe Canada Junior, l’ayant côtoyé pendant une saison et demie avec les Mooseheads de Halifax.

«On ne se cache rien: c’est un joueur d’exception. Il patine et quand il le fait, il est à son meilleur. Il a de bonnes mains et un excellent lancer.»

Les deux joueurs ont échangé quelques messages textes, mais sans plus, a-t-il affirmé

«Il m’a dit à quel point il était content d’avoir gagné avec son équipe. C’est beau à voir et ils ont travaillé fort. Pour l’instant, je suis concentré sur le match de demain. Je mets ça de côté et on n’est pas vraiment amis tant que le tournoi n’est pas fini.»

En deux départs durant la présente compétition - des victoires face à la Slovaquie et la Finlande -, Fucale n’a accordé qu’un seul but et affiché un taux d’efficacité de ,975.

Pas sur papier

En comparant les deux équipes, on peut s’attendre à un match à sens unique. Toutefois, les Danois ont donné du fil à retordre aux Russes et aux Tchèques, s’inclinant les deux fois en tirs de barrage, en plus de vaincre les Suisses, également en fusillade.

«C’est une équipe avec du caractère qui n’est pas intimidée et qui ne s’en laisse pas imposer, a reconnu Groulx. On a vu des séquences de leurs rencontres face à la Suède, la Suisse et les Russes. Il n’y a aucun doute dans mon esprit que, même si ça peut paraître inégal sur papier, ce match ne se joue pas sur papier mais sur la glace. Cette équipe est venue ici pour jouer au hockey.»