Championnat mondial junior 2015

Les Suisses perdent le match et Baltisberger

Publié | Mis à jour

Les Suisses ont perdu beaucoup plus que leur match face à la Russie, dimanche, au Air Canada Centre de Toronto.

Dans un revers de 7-0, les Helvètes ont également perdu les services du vétéran défenseur Phil Baltisberger, solidement frappé au centre de la patinoire par Anatoli Golyshev en deuxième période.

Le hockeyeur suisse est demeuré de longues minutes au sol, face première, avant d’être escorté hors de la patinoire en civière.

Le geste sera certainement révisé par la Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF), mais Golyshev ratera assurément le prochain match, face aux Suédois, un automatisme après une pénalité majeure et une inconduite de partie, selon les règlements de l'IIHF.

«Je sais simplement qu’il bougeait, ce qui est la bonne nouvelle. Il faudra maintenant attendre le diagnostic», a mentionné l’entraîneur de l’équipe suisse, John Fust, un Canadien.

Signes encourageants

Tandis qu’on escortait Baltisberger en civière, le capitaine suisse Yannick Rathgeb s’est approché pour lui parler.

«Il parlait, et il souriait même un peu, a-t-il expliqué après le match. Il sentait ses jambes, mais n’avait pas de force pour se lever et avait de grosses douleurs au cou.»

Rathgeb a d’ailleurs revécu de vieux et sombres souvenirs.

«L’an dernier, j’ai été témoin d’un accident de ce genre et un joueur est resté paralysé. C’était comme un sentiment de déjà-vu. Tu ne veux pas voir quelqu’un se blesser comme ça.»

Concernant l’histoire du match en général, les Suisses ont été incapables de profiter des cinq minutes de punition à Golyshev. Au total, les perdants ont évolué en avantage pendant 14 min 36 s dans le match, sans marquer.

«Ils ont profité de leurs chances, et pas nous. On a dominé 32-23 au chapitre des lancers. Je n’ai jamais vu un match où tu lances 10 tirs de plus que ton adversaire, mais perds 7-0. Tout peut arriver dans ce tournoi, semble-t-il», d’ajouter Fust.

Bragin en désaccord

Pour l’entraineur des Russes, Valeri Bragin, les officiels auraient pu ranger leurs sifflets à quelques occasions. Il ne croyait d’ailleurs pas que Golyshev méritait d’être expulsé de la rencontre.

«Il n’y a pas eu de coup à la tête, c’était un coup d’épaule. Notre joueur est plus petit que le leur (5 pi 9 po contre 6 pi 1 po).

«Je crois que certains appels n’auraient pas dû être faits, mais je ne ferai pas de commentaires sur l’arbitrage», a-t-il mentionné par le biais d’un interprète avant d’ajouter, en anglais : «les arbitres sont les arbitres».

Quoiqu’il en soit, les Russes demeurent toujours invaincus après deux rencontres. Ils occupent le deuxième rang du groupe B, derrière la Suède, qui a également remporté ses deux rencontres, mais en temps réglementaire. Les Russes avaient défait les Danois en tirs de barrage en levée de rideau.

Quant aux Suisses, ils présentent maintenant une fiche d’une victoire et une défaite.

* * *

Les Russes prêts pour la Suède

La formation russe n’aura pas beaucoup de temps pour célébrer son écrasant gain face aux Suisses, puisqu’ils disputeront le match le plus important de la phase préliminaire, lundi soir, face aux Suédois.

«Ce sera un match très intéressant. On sait tous que la Suède présente des équipes compétitives à chaque année. Ce sera certainement un match très difficile», a mentionné l’attaquant russe Ivan Barbashev, une propriété des Wildcats de Moncton.

Le gagnant de ce match se donnera de très bonnes chances de terminer au premier rang du groupe B, un avantage non-négligeable.

De plus, l’an dernier, les Suédois avaient mis fin aux aspirations des Russes en les défaisant en demi-finale, à Malmö.

Il y aura donc, en quelque sorte, un esprit de vengeance qui animera les joueurs russes présents l’an dernier, dont Barbashev.

«Je me souviens encore à quel point cela avait été une défaite crève-cœur...», a-t-il simplement mentionné.

Chose certaine, s’ils permettent aux Suédois d’évoluer aussi souvent en avantage numérique que les Suisses, dimanche soir, leurs chances sont minces.

«En deuxième, on n’a pas été disciplinés du tout. On doit travailler là-dessus et, si on reste disciplinés, tout ira bien», a ajouté celui qui a terminé avec deux aides.

L’autre match à Toronto opposera le Danemark aux Tchèques.