Hockey

Équipe Canada junior sans pitié encore une fois

Publié | Mis à jour

Pour une deuxième fois en moins de 24 heures, Équipe Canada junior (ÉCJ) a malmené les étoiles du circuit universitaire canadien de la région de Toronto, dimanche après-midi.

La sélection canadienne n’a montré aucune pitié en contrôlant le match d’un bout à l’autre pour finalement l’emporter 6-0 au Gardens, l’ancienne demeure des Maple Leafs de Toronto.

La tâche a semblé facile dès la mise en jeu initiale. À bout de ressources, les joueurs universitaires ont perdu tous leurs moyens et sont devenus aussitôt moins scintillants.

«Nous les avons complètement dominés. Nous leur avions donné plusieurs chances hier [samedi], a indiqué l’entraîneur-chef Benoit Groulx, qui discutera des évaluations avec les dirigeants. Je suis bien content de ce match. Nous avons mis beaucoup de pression.»

Les attaquants Brayden Point et Jake Virtanen ont fait l’essentiel des dommages en marquant chacun deux buts, en plus d’obtenir une mention d’aide. Virtanen s’est d’ailleurs inscrit au pointage dans cinq des six périodes qu’il a disputées.

L’espoir des Canucks de Vancouver s’est signalé à plusieurs reprises, car il a terminé ses deux rencontres préparatoires avec une récolte de deux filets et quatre aides.

«Je crois avoir très bien joué. Je suis fier de mes matchs, a insisté Virtanen, des Hitmen de Calgary. Nous avons bataillé pour la possession de la rondelle. Je cherche à avoir mon poste au sein de cette équipe. Je voulais m’impliquer avec la présence de tous ces gros noms.»

Gauthier s’impose

L’ailier Morgan Klimchuk et le défenseur Haydn Fleury ont aussi touché la cible dans la victoire.

Le joueur de centre québécois de l’Océanic de Rimouski Frédérik Gauthier a ajouté un point à sa fiche, lui qui pilotait le premier trio canadien, flanqué de Point et Nick Ritchie. Cette unité offensive a muselé ses adversaires, en plus de s’imposer dans tous les aspects du jeu en zone ennemie.

À l’image de Zachary Fucale la veille, le gardien Eric Comrie a vu peu d’action. Il a repoussé les 22 lancers dirigés vers lui. Sollicité 10 fois au premier tiers, il a par la suite bloqué 12 autres tirs pour signer le jeu blanc.

Les têtes tombent

Peu après la partie, ÉCJ a procédé aux premières coupes et aucun Québécois n’a été retranché.

Ainsi, les attaquants Klimchuk, Nick Baptiste et Remi Elie, ainsi que les défenseurs Travis Sanheim et Chris Bigras, ont subi le couperet.

Les discussions étaient d’ailleurs déjà entamées dans le bureau des dirigeants de l’équipe canadienne afin de réduire les effectifs. Les deux duels du week-end ont permis d’évaluer les joueurs méritant de poursuivre le camp final de sélection.

«Nous avons discuté samedi soir. Nous avons de bons joueurs. Il reste encore plusieurs réunions à venir pour savoir où nous en sommes rendus», a mentionné Groulx, peu bavard sur l’identité des athlètes à retrancher.

Si certains ont prouvé qu’ils méritaient un poste au sein de la sélection nationale, d’autres ont éprouvé des difficultés. Groulx a assuré que l’âge n’avait pas été un facteur dans cette première vague de coupes.

«L’âge n’est pas important. Nous allons nous fier sur la performance des jeunes et leur rôle sur l’équipe.»

L’instructeur procédera à plusieurs essais au fil des prochains jours pour trouver des combinaisons gagnantes en prévision du premier match préparatoire face aux Russes, vendredi soir. Il s’attardera aussi à des ajustements techniques et tactiques.

En bref

Après le match, ÉCJ s’est dirigé vers St. Catharines pour la suite du camp.

La délégation nationale a dirigé 102 tirs vers les trois gardiens universitaires lors des deux matchs.

ÉCJ affrontera la Russie vendredi soir au Air Canada Centre.