Hockey

Des matchs pour évaluer le caractère

Publié | Mis à jour

L’entraîneur-chef de la formation canadienne junior, Benoit Groulx, sait que les 30 joueurs de l’équipe au camp de sélection possèdent le talent nécessaire pour accomplir de grandes choses sur la glace.

Ce que le pilote veut surtout voir, c’est une attitude gagnante de chacun de ses patineurs.

Après quelques jours d’entraînement, l’évaluation devait commencer samedi à l’occasion d’un affrontement contre un club formé de hockeyeurs universitaires.

«L’aspect mental est la clé, car ils sont tous habiles et représentent les meilleurs au pays dans leur groupe d’âge; ce sera une facette que nous surveillerons attentivement, a commenté Groulx. Ça concernce leur façon de batailler, leur manière d’appliquer un échec-avant soutenu et leur adaptation à un rôle précis, comme celui de bloquer des lancers.»

«Plusieurs d’entre eux sont habitués de jouer plus de 20 minutes avec leur équipe régulière, a-t-il poursuivi. Nous voulons être une formation à quatre trios. Je ne crois pas qu’il y aura quelqu’un qui se retrouvera sur la patinoire pendant plus de 25 minutes. Et personne ne peut être là pour une séquence de 1:10 ou 1:20. Il faut que ce soit court et intense.»

Une chance pour Fucale

L’espoir du Canadien de Montréal et gardien des Mooseheads de Halifax Zachary Fucale est l’un des sept membres du club de l’unifolié à avoir porté l’uniforme de la feuille d’érable l’an passé en Suède. Aussi, il devait effectuer le départ samedi et disputer la partie au complet. Eric Comrie sera devant la cage des siens, dimanche, à l’occasion du second duel contre les mêmes rivaux.

Groulx n’a pas garanti publiquement une place à quinconque. Toutefois, les Sam Reinhart, Nic Petan, Connor McDavid, Josh Morrissey et Fucale devraient être encore sur place dans quelques jours.

Pour d’autres, comme Anthony Duclair, des Rangers de New York, l’histoire est différente. Il s’agit d’une opportunité de faire écarquiller les yeux avant les décisions difficiles.

«Nous avons 30 gars ici et bientôt, il n’y en aura que 22 (après les coupes), a-t-il dit. Ces rencontres du week-end sont importantes. Nous regardons les joueurs chaque jour d’entraînement, mais rien n’équivaut à un match.»

«Chacun doit stopper des tirs, bien faire en défensive, surtout quand nous n’avons pas la rondelle. Nous avons plusieurs patineurs offensifs, mais tous doivent assumer un rôle différent», a ajouté l’attaquant Michael Dal Colle.