NHL: New York Rangers at Tampa Bay Lightning

Crédit : USA Today Sports

Hockey

Que réserve l’avenir à Anthony Duclair?

Publié | Mis à jour

À peine débarqué au camp de sélection de l’équipe canadienne junior, Anthony Duclair ne regarde plus derrière lui. L’attaquant des Rangers de New York veut saisir l’opportunité de finalement représenter son pays.

Par contre, le «Duc» de New York aimerait bien savoir ce que lui réserve l’avenir en jetant un coup d’œil dans la boule de cristal du directeur général Glen Sather et de l’entraîneur-chef Alain Vigneault.

Après le Championnat du monde, Duclair prendra-t-il un vol vers la «Grosse pomme» ou plutôt vers la Vieille Capitale pour rejoindre les Remparts de Québec, dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec?

S’il avait le pressentiment que Vigneault lui accorderait le privilège de rejoindre Équipe Canada junior en vue du Championnat du monde qui aura lieu à Montréal et Toronto, dès le 26 décembre, Duclair n’a aucune idée cette fois des plans des dirigeants des Rangers aux tournants de la nouvelle année.

«Je ne sais vraiment pas ce qu’ils me diront. Je ne pose pas vraiment de questions, je joue. Des soirs, je jouais sur les deux premiers trios et d’autres soirs, j’étais sur le quatrième ou dans les gradins. C’est difficile à prévoir, a expliqué Duclair vendredi. Je dois rester positif, continuer de travailler fort et garder le sourire.»

Dossier chaud

Chez les Rangers, on refuse de s’aventurer dans ce dossier. «Pour son développement, nous avons décidé que ce serait mieux qu’il prenne de l’expérience dans cette situation, a expliqué Vigneault, en entrevue exclusive avec le «Journal de Montréal» alors qu’il était à Vancouver. Les attentes sont élevées, il aura de la pression.»

Vigneault n’exclut pas la possibilité de le ramener à New York en janvier. «Plus la saison avance, plus ça devient difficile. Nous sommes très satisfaits de sa progression. On verra ce qu’il fera au Championnat, ses performances, et nous prendrons une décision par la suite. Ça ne veut pas dire qu’il reviendra ou qu’il ne reviendra pas.»

«Il serait encore avec nous si nous ne lui avions pas permis de participer au Championnat du monde», a tenu à ajouter l’entraîneur de la Ligue nationale.

Entamant un voyage dans l’Ouest canadien, les Rangers ont tout de même retiré son nom de la formation officielle. «Il n’est plus sur notre liste de paie pour les trois prochaines semaines. C’est davantage pour sauver de l’argent sur le plafond salarial si l’on a besoin de faire un rappel», a précisé Vigneault.

Sous les couleurs des «Blue Shirts», l’attaquant âgé de 19 ans a marqué un but et amassé sept points. Il a participé à 18 des 26 matchs de l’équipe new-yorkaise.

Désir

Duclair ne cache pas son grand désir de retourner chez les professionnels une fois que le Mondial sera terminé.

«Personne ne peut me blâmer de vouloir retourner à New York. C’est un rêve d’enfance, a-t-il précisé. Je serais aussi excité de retourner à Québec. Il n’y a pas de situation perdante. Ce n’est que deux situations gagnantes.»

Pour l’instant, celui-ci s’est limité à apporter l’essentiel de ses effets personnels à Toronto.

Expérience additionnelle

Nul doute pour l’entraîneur-chef Benoit Groulx que le marqueur de 50 buts chez les Remparts l’année dernière pourra contribuer aux succès de l’équipe canadienne en s’imposant à l’attaque comme il sait le faire.

«Il a gagné en confiance. Il a un bon sang-froid avec la rondelle, a-t-il observé. Il a acquis de la maturité.

«Anthony n’est pas différent des autres jeunes joueurs. Il est arrivé dans le junior à 16 ans, a-t-il poursuivi. Nous devons lui laisser le temps de prendre en maturité et de faire ses erreurs.»

Selon Groulx, Duclair a eu la chance de croiser le chemin de Patrick Roy, Philippe Boucher et maintenant Alain Vigneault dans sa jeune carrière.

«Il a rencontré des gars qui l’ont poussé, qui lui ont bien enseigné et qui ont discuté avec lui. Ces entraîneurs ont reconnu son talent. C’est une bonne chose pour lui», a affirmé celui qui l’a vu progresser depuis trois saisons.