LNH

Déménagement des Panthers : de réelles menaces

Publié | Mis à jour

Si l’on en croit les propos de Barbara Sharief, l’ancienne mairesse du comté de Broward où se situe le BB&T Center, domicile des Panthers de la Floride, les menaces de déménagement de l’équipe de la Ligue nationale de hockey (LNH) seraient bien réelles.

C’est ce qu’elle a affirmé à Renaud Lavoie de la chaîne TVA Sports, dans un reportage diffusé à l’émission «Le Premier Trio», jeudi.

L’un des actuels propriétaires des Panthers, Vincent Viola, demanderait la somme de 78 millions $ en fonds publics sur 14 ans pour éponger les pertes que subit l’équipe. Or, c’est connu, les Panthers ne réussissent pas à attirer les partisans à l’intérieur de leur amphithéâtre. Ils ont d’ailleurs établi un record de médiocrité en début de saison quand seulement 7311 fidèles se sont déplacés pour aller voir leurs favoris en action face aux Sénateurs d’Ottawa.

Pourtant, le commissaire de la LNH, Gary Bettman, n’en démord pas, lui qui a récemment affirmé que les propriétaires de l’équipe étaient vraiment dédiés à ce que la formation reste dans le sud de la Floride.

Sharief, qui est maintenant une commissaire du comté de Broward, affirme pourtant le contraire. Les menaces de déménagement sont bien réelles. Et si les Panthers devaient changer d’adresse, ils le feraient en emportant avec eux l’entité qui s’occupe de promouvoir les événements au BB&T Center, AEG Live.

Rapport indépendant

Un rapport effectué par des experts indépendants a été commandé par le comté de Broward pour déterminer l’impact d’un déménagement des Panthers et ainsi justifier les demandes de Viola.

Une première partie de ce rapport a déjà été soumise. Sharief soutient que si jamais la formation floridienne devait élire domicile dans une autre ville, le BB&T Center, qui à l’origine a été érigé pour 450 millions $ même si son coût de construction était moindre, et qui est la propriété du comté, ne vaudrait plus que 60 millions $. Il reste toujours une dette de 225 millions $ à éponger sur le prêt accordé pour la construction de l’aréna.

Ainsi, la seule crainte des commissaires du comté de Broward serait de voir le BB&T Center devenir un éléphant blanc.

Le bail actuel auquel doivent souscrire les Panthers prévoit un partage des revenus générés à une hauteur de 80 % - 20 % en faveur de l’équipe floridienne. Les commissaires du comté, qui sont prêts à accommoder le club de hockey, désirent apporter une modification au bail pour faire passer cette proportion à 70 % - 30 %. Viola aurait refusé.

Salaire des joueurs

Depuis que les Panthers ont joint les rangs de la LNH en 1993, l’équipe n’a envoyé qu’un seul chèque au comté. La raison de tout cela: elle est en droit de déduire le salaire des joueurs des profits engrangés. À titre comparatif, la masse salariale de la formation au milieu des années 1990 tournait aux alentours des 15 millions $. Cette saison, elle dépasse les 60 millions $.

La situation est telle que si rien ne change, les commissaires du comté de Broward ne voteront pour accorder le montant de 78 millions $ aux Panthers. Le scrutin devrait se tenir lorsque le rapport commandé sera remis, à la fin du printemps ou au début de l’été 2015.

Si ce scénario se concrétise, la balle sera alors dans le camp des Panthers.