Canadiens de Montréal

«Ô! capitaine, mon capitaine, bon voyage»

Publié | Mis à jour

Yvan Cournoyer a prononcé un émouvant discours d'adieu à Jean Béliveau, mercredi, à l'occasion des funérailles du glorieux numéro 4 des Canadiens de Montréal à la cathédrale Marie-Reine-du-monde.

«Le temps passe si vite, ça fait 51 ans que tu es mon ami, mon capitaine et l’idole de tout un peuple, a déclaré son ancien coéquipier en éclatant en sanglots. Nous sentons un grand vide dans notre cœur.»

«Ô! capitaine, mon capitaine, bon voyage. Cette rose que j'ai Jean, je vais la garder pour toujours en ton souvenir» - Yvan Cournoyer

Cournoyer a raconté quelques moments avec son capitaine et salué la femme de Jean Béliveau, Élise.

«J’ai cochambré avec Jean et j’ai pu développer une grande amitié avec lui. Vu notre différence d’âge, nous avons développé une relation presque comme père et fils.

«Jean a été mon parrain; mon capitaine, c’est un honneur aujourd’hui d’être ton parrain. Élise et votre famille, vous avez eu beaucoup de courage. Après toutes ces années, tu es toujours restée forte et très belle. Tu es une femme exceptionnelle.»

Avec le «Rocket»

D'autres anciens coéquipiers de Béliveau, soit Dickie Moore, Serge Savard et Ken Dryden, ont ajouté leur voix à celles de Cournoyer pour dire au revoir à la défunte légende.

Le mots de ces autres grands anciens du CH furent au moins aussi forts de sens et en émotions.

«Jean, Maurice "Le Rocket" Richard est assis à la table de nos légendes nationales», a dit Savard avant de sommer l'esprit de Béliveau de tirer une chaise et de rejoindre le numéro 9.

«Ce n'est pas le temps de te dire au revoir, Jean. C'est le temps de te dire merci», a pour sa part énoncé Dryden.