Canadiens

«Alex est un joueur spécial» - Gonchar

Publié | Mis à jour

Alex Galchenyuk n’a pas changé son discours. Au centre ou à l’aile gauche, il a toujours le même objectif, celui de s’établir comme un attaquant dominant dans la Ligue nationale de hockey.

Le temps d’un soir, l’Américain ressemblait justement à un joueur d’exception contre les Canucks de Vancouver. Même s’il n’a pas obtenu de point dans la victoire de 3-1 du Canadien face aux Canucks, il a joué comme un futur centre numéro un en compagnie de Max Pacioretty et de Brendan Gallagher.

Blessé à l’épaule gauche, Lars Eller s’absentera pour une période d’une à deux semaines. Si la perte d’Eller crée un trou à la position vitale de centre, elle ouvrira également une porte. Galchenyuk tentera de la maintenir ouverte le plus longtemps possible.

«Il s’agit d’une opportunité, a reconnu Galchenyuk après l’entraînement matinal du Tricolore, mercredi. Je me retrouve avec deux ailiers explosifs et talentueux. Nous avons connu un bon départ, mais c’était juste un match.»

Au lendemain de cette audition des plus réussies au centre, le numéro 27 a recyclé le même discours qu’il utilisait lors du dernier camp de l’équipe.

«Je n’ai jamais dit que je ne croyais pas être prêt ou que j’étais prêt pour jouer à cette position, a-t-il affirmé. Je crois pouvoir aider mon équipe à cette position. Mais, je le dis encore une fois, je souhaite m’établir comme un bon attaquant dans la LNH, peu importe la position où l’équipe m’utilisera.»

«Le plus important pour moi c’est de rester le même joueur, a-t-il poursuivi. Oui, il s’agit d’une position différente, mais le jeu reste le même. Je suis encore un attaquant et je veux contribuer offensivement en plus de bien jouer dans mon propre territoire.»

Galchenyuk a rempli ses mandats face aux Canucks. Il n’a jamais ralenti même s’il se retrouvait souvent sur la glace contre le gros trio de Vancouver, celui des jumeaux Daniel et Henrik Sedin et de Radim Vrbata.

Un talent spécial

À 40 ans, Sergeï Gonchar a joué avec des centaines de coéquipiers. À son époque avec les Penguins de Pittsburgh, Gonchar a été un témoin privilégié des débuts de Sidney Crosby et d’Evgeni Malkin dans la LNH. C’était en 2005-2006 pour Crosby et en 2006-2007 pour Malkin.

Gonchar n’a pas comparé Galchenyuk aux deux phénomènes des Penguins, mais il a tout de même tracé des parallèles intéressants.

«Alex est un joueur spécial, il n’y a aucun doute à ce sujet, a lancé Gonchar. Selon moi, il se développera un peu plus sur le tard. Un jeune comme Crosby dominait la LNH à 18 ans. Malkin faisait la même chose à 19 ans. On ne peut pas encore dire ça avec Alex. Mais, d’ici quelques années, il y parviendra.

«Crosby et Malkin sont des phénomènes très rares. Alex aura besoin de plus de temps, mais c’était déjà un exploit de jouer dans la LNH à 18 ans. Il ne faut pas oublier qu’il a seulement 20 ans. Il a encore énormément de temps devant lui.»

Toujours très réfléchi dans ses réponses, le Russe considère que son jeune coéquipier jouira d’une plus grande liberté comme centre.

«Oui, je crois qu’il aura l’occasion de démontrer encore plus son talent à la position de centre. Je ne peux toutefois pas avoir une opinion tranchée à ce sujet puisqu’il n’a joué qu’une seule rencontre complète au centre depuis mes débuts à Montréal.

«Il a la vision, le talent, la vitesse et la force pour agir comme un très bon centre. Il doit maintenant le prouver sur une base constante. La balle est dans son camp.»

En 30 matchs cette saison, Galchenyuk a récolté 18 points (six buts, 12 aides).