LNH

Une inconnue particulière au point de presse de MacLean!

Agence QMI / Bruce Garrioch

Publié | Mis à jour

Paul MacLean ne changerait rien, à part peut-être les résultats.
 
L’ancien entraîneur-chef des Sénateurs d’Ottawa s’est tenu debout devant les critiques, mardi, lors d’une conférence de presse d’adieu au Centre Canadian Tire. Il a ainsi assuré qu’il ne ferait pas les choses différemment si on lui donnait une deuxième chance.
 
Après avoir remercié ceux avec qui il a travaillé, l’homme de 56 ans, qui a été congédié lundi, a renvoyé la balle aux meilleurs joueurs des Sénateurs avant de quitter.
 
Le directeur général Bryan Murray avait notamment indiqué, au moment d’expliquer le congédiement de MacLean, que certaines vedettes de l’équipe se sentaient blâmées trop souvent, ce qui provoquait une sorte de malaise dans le vestiaire.
 
Dans une déclaration préparée, MacLean a noté qu’il était arrivé en provenance des Red Wings de Detroit en juin 2011, avec l’objectif d’amener les Sénateurs loin dans les séries éliminatoires et qu’il ne souhaitait pas s’excuser pour son approche.
 
«J’avais avec moi un passé qui incluait le fait de jouer jusqu’en juin, a dit MacLean. J’étais avec une équipe qui a gagné la Coupe Stanley, qui a participé trois fois à la finale et à quatre finales de l’Ouest. J’avais l’habitude d’être là jusqu’en juin.
 
«C’était ce que j’ai essayé d’établir ici. Pour jouer en juin, tes meilleurs joueurs doivent être tes meilleurs joueurs. Je les poussais à l’être.»
 
Apparemment, les joueurs n’ont pas répondu de la façon espérée. Et c’est ce qui a mené à la chute de MacLean.Ce dernier, dit-on, regardait de haut quand il défiait ses joueurs.
 
«Je n’ai aucun regret concernant la manière de faire quoi que ce soit. Je ne peux rien changer. C’est fait! Tout ce que je peux changer, c’est ce qui s’en vient», a noté MacLean.
 
À propos de son futur, l'ex-hockeyeur n’a pas voulu en dire davantage aux médias.
 
«Je ne pense pas que c’est de vos affaires maintenant, a-t-il lancé. Je vais garder ça pour moi. À ce moment, je vais simplement... je n’ai aucun plan présentement.»
 
«Je quitte aujourd’hui avec mon curriculum vitae plus rempli de trois années comme entraîneur-chef dans la Ligue nationale de hockey, un trophée Jack-Adams et deux présences en séries éliminatoires, a-t-il déclaré. Je suis un meilleur entraîneur aujourd’hui et je serai mieux préparé pour la prochaine occasion.»
 
«Et je vais continuer de diriger de façon à jouer en juin», a-t-il promis.
 
D'ailleurs, la conférence de presse a été le théâtre d'une scène cocasse.
 
Une femme s’est invitée dans la salle, proclamant qu’elle aimait MacLean. La scène, un peu bizarre, a néanmoins fait sourire quelques personnes.
Sujets