Canadiens de Montréal

«Un monsieur de hockey incroyable» - Yvon Lambert

Publié | Mis à jour

Yvon Lambert a admis être «sous le choc» du décès de Jean Béliveau, même s’il le savait malade.

«Je côtoie Jean depuis 40 ans, a commenté l’ancien du Canadien de Montréal sur les ondes de TVA Sports, mercredi. Ça va être un deuil incroyable, même si on s’y attendait.

«On vient de perdre un monsieur de hockey incroyable. Son après-carrière a été presque aussi importante que sa carrière; il est resté dans l’organisation du Canadien, il a gagné d’autres coupes.

«C’était incroyable de parler avec cet homme-là. Il était tellement gentil, il nous mettait tellement à l’aise.»

Raté de peu

Avant de faire ses débuts dans la Ligue nationale de hockey, Lambert avait rêvé de jouer avec Béliveau. Repêché par les Red Wings de Detroit en 1970, il a toutefois craint de ne jamais rencontrer son idole, jusqu’à ce qu’il soit échangé au Canadien à l’été 1971.

«Je me suis dit que ce serait alors ma chance de jouer avec lui, a raconté Lambert. Mais Jean a gagné la coupe en 1971 et il a pris sa retraite en septembre. Je ne l’ai jamais croisé dans le vestiaire, mais au moins, je l’ai connu dans son après-carrière.»

Comme bien d’autres, Lambert a vanté la prestance, la gentillesse et le dévouement du grand Jean.

« À ses côtés, j'ai compris pourquoi des hommes comme lui et comme Henri Richard ont gagné 10, 11 coupes Stanley. Le hockey était leur vie.»