Canadiens de Montréal

Béliveau n’aura pas droit à des funérailles d’État

Publié | Mis à jour

Le premier ministre du Canada Stephen Harper devrait honorer les accomplissements du légendaire joueur du Canadien de Montréal Jean Béliveau, décédé mardi soir. Toutefois, il n’offrira pas à la famille du défunt des funérailles d’État, a appris l’Agence QMI.

«C’est avec tristesse que j’apprends le décès de Jean Béliveau. Il était une véritable légende et un exemple de classe. Mes pensées sont avec sa famille», a souligné M. Harper par le biais de son compte Twitter, mercredi.

Le premier ministre devrait être plus volubile quant à ses plans pour honorer la mémoire de Béliveau à la Chambre des communes, mercredi.

Le débat à savoir si Béliveau mérite cet honneur, normalement réservé aux premiers ministres ou gouverneurs généraux, s’est transporté au Parlement, mercredi matin. L’ancien entraîneur-chef du Canadien de Montréal Jacques Demers – maintenant sénateur dans le caucus conservateur d’Harper – avait alors indiqué aux journalistes que Béliveau devrait recevoir des funérailles d’État.

Le chef de l’opposition officielle, Thomas Mulcair, qui représente une circonscription montréalaise, a rapidement endossé cette idée alors que celui du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, qui a également été élu dans une circonscription de Montréal, a refusé de s’insérer dans le débat.

Avant qu’Harper ne soit élu en tant que premier ministre, des funérailles d’État étaient automatiquement accordées aux gouverneurs généraux, aux premiers ministres et à n’importe quel ministre qui décédait en fonction. Harper a élargi cette liste et a offert de telles cérémonies au dernier vétéran canadien de la Première guerre mondiale – John Babcock, dont la famille a refusé les funérailles d’État -, à un chef de l’opposition officielle (Jack Layton) et à un ministre qui venait tout juste de quitter ses fonctions (Jim Flaherty). Toutefois, le premier ministre et ses conseillers ont peut-être conclu que d’offrir cela à une légende canadienne du hockey poussait le concept un peu trop loin.

Ceci étant dit, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, pourrait offrir à la famille Béliveau des funérailles nationales. En 2000, Lucien Bouchard, alors à la tête de la province, avait offert à la famille de Maurice «Rocket» Richard des funérailles nationales.

Les drapeaux canadiens des édifices fédéraux au Québec étaient en berne, mercredi, en l’honneur de Béliveau.