Boxe

Une chance en or pour Lemieux

Publié | Mis à jour

David Lemieux se sent bien. Il a confiance en ses moyens.

Il en aura bien besoin : le 6 décembre, il se battra en finale à Brooklyn, sur les ondes du réseau HBO, contre David Rosado.

Le réseau américain veut lui donner la chance de se faire valoir, de se faire connaître. Depuis sa victoire sur Fernando Guerrero, sur les ondes du réseau concurrent, Showtime, HBO a les yeux rivés sur le pugiliste québécois.

Lemieux sait qu’il profitera d’une opportunité inouïe. Il sait qu’il se doit d’absolument de saisir cette chance. Une performance éclatante lui permettrait de se faire un nom aux États-Unis.

«Il s’agit de mes débuts sur HBO, et à mon premier combat, je suis la tête d’affiche. C’est quand même gros. C’est un premier combat à l’extérieur du pays.»

Le boxeur sait qu’il devra livrer la marchandise, et il est prêt à le faire.

Son adversaire, Rosado, a perdu trois de ses quatre derniers combats, mais il s’est déjà mesuré à de grandes pointures.

«Tous ceux qui affirment que Rosado ne m’apportera rien ne connaissent pas la boxe, a expliqué Lemieux.

«Rosado est un très, très bon adversaire. Il est bien meilleur que sa fiche laisse croire.»

Un préparateur physique hors pair

Le fait que le boxeur se sente bien à l’approche de ce combat, le plus important de sa carrière, n’est pas le fruit du hasard.

Il y a trois ans, le boxeur a amorcé un virage important : il a commencé à s’entraîner avec le préparateur physique Jarek Kulesza.

«C’est après le combat contre Joachim Alcine qu’on a vraiment commencé à travailler avec Kulesza. Les succès ont été énormes depuis que je suis avec lui.

«C’est le meilleur entraîneur que je n’ai jamais vu.»

Un pugiliste dédié

La route a été longue. Elle n’a pas été facile. Lemieux devait toutefois se donner les moyens de ses ambitions.

«Tout le mérite revient à David, a affirmé Kulesza. Il a changé son style de vie, il a changé son approche envers l’entraînement.

«Il a changé sa nutrition, même s’il aime bien manger! C’est un petit gourmand, mais je pense qu’il a changé sa diète...»

(Avec la collaboration de Nancy Audet)