Football

Un grand duel de quarts à prévoir

Publié | Mis à jour

Le duel entre le Rouge et Or de l’Université Laval et les Carabins de l’Université de Montréal qui prendra l’affiche samedi après-midi dans la métropole mettra en scène deux des trois meilleures formations au pays, mais aussi deux des quarts-arrières les plus prolifiques sur la scène canadienne.

D’un côté, on retrouve Hugo Richard qui domine le classement canadien avec des gains de 2440 verges à sa première saison à Laval. De l’autre côté, Gabriel Cousineau est le pivot le plus précis au Canada avec un taux d’efficacité de 72,7 % à sa première campagne comme partant avec les Bleus.

«Il y a toujours une petite compétition entre les quarts-arrières, mais la rivalité est entre Laval et Montréal et non pas entre moi et Gabriel, a raconté Richard. Gabriel connaît une très belle saison et je lui lève mon chapeau pour son pourcentage de réussite.»

Cousineau est aussi élogieux à l’égard de son vis-à-vis.

«Hugo est une recrue qui joue comme un vétéran, a-t-il résumé. Il est très bon et il sera encore meilleur dans le futur. Hugo mérite pleinement toute l’attention dont il est l’objet depuis le début de la saison. Il ne s’agira pas d’un duel entre deux quarts-arrières, mais bien un très gros match entre deux des meilleures équipes au pays. C’est la plus grosse rivalité au pays.»

«Je ne prévoyais pas avoir d’aussi bons chiffres, d’ajouter le produit des Nomades de Montmorency. J’ai plusieurs vétérans autour de moi qui m’aident et je récolte ce que j’ai semé par mon travail cet hiver.»

Richard disputera son premier match au CEPSUM dans les rangs universitaires.

«C’est encore plus gros que le premier match de la saison parce que le championnat est à l’enjeu, a indiqué Richard. Parce que nous sommes en semaine de lecture, il y a moins de distractions et on peut se concentrer à 100 % sur le football. Le CEPSUM a toujours été un environnement hostile pour moi puisque j’ai joué trois saisons à Vanier. On a préparé le compte silencieux si jamais nous en avons besoin.»

Apprentissage

La défaite de 40-13 en lever de rideau de la saison n’est pas oubliée.

«Ce premier match est toujours derrière notre tête, a reconnu Cousineau. Nous avons réalisé nos lacunes. On doit éliminer les punitions et les revirements et faire avancer le ballon à chaque séquence parce que Boris Bede est capable de nous enfoncer profondément dans notre territoire à chaque botté.»