Canadiens

Eller doit s’impliquer plus physiquement

Publié | Mis à jour

Michel Therrien a cloué Lars Eller au banc durant toute la troisième période, mardi, à Calgary.

Après la victoire contre les Flames, l’entraîneur-chef des Canadiens a sorti cette phrase laconique pour évaluer sa performance : «Je n’ai pas aimé son match».

Selon le collaborateur de TVA Sports Alain Chainey, c’est parce qu’il n’est pas assez impliqué physiquement qu’Eller en arrache depuis le début de la saison.

Le Danois de 25 ans ne compte en effet qu’un but et une aide en 10 rencontres et présente un différentiel de -5, malgré les succès de la formation montréalaise.

«Cette année, il a distribué seulement cinq mises en échec, ce qui le classe au 11e rang chez les attaquants des Canadiens. La saison dernière, il avait été le meneur chez les attaquants de l’équipe avec 130 mises en échec.

«Il y a probablement une corrélation entre son nombre de mises en échec et son efficacité en attaque. Si tu t’impliques physiquement, tu es beaucoup plus actif et dynamique. Si Eller était plus impliqué physiquement, possiblement que cela pourrait le relancer», a soutenu Chainey à l’émission «Le premier trio».

«Si tu n’es pas capable de produire, tu dois faire d’autres choses pour aider ton équipe, comme t’impliquer physiquement, a indiqué son collègue Mathieu Dandenault. Présentement, il ne fait rien pour s’aider.»