Crédit : Stan Behal/Toronto Sun/QMI Agency

MLS

La saga Jermain Defoe tire-t-elle à sa fin?

Publié | Mis à jour

Des voix discordantes se sont fait entendre des deux côtés de l’Atlantique lorsque le Toronto FC est parvenu à attirer dans sa cour Jermain Defoe l’an dernier.

Les critiques ne questionnaient pas le talent de l’attaquant anglais, qui a électrifié la Premier League avec un taux de réussite impressionnant.

Elles ont plutôt averti la direction du Toronto FC sur le lien spécial qui unit Defoe à sa mère.

À l’époque, les dirigeants torontois ne voyaient aucun problème avec Sandra St.Helen, qui était souvent aperçue tout sourire à l’extérieur du vestiaire du TFC après les matchs.

Ils ne croyaient certainement pas qu’elle pourrait transformer l’avenir du club, qui n’a toujours pas participé aux séries éliminatoires en huit ans dans la MLS.

Plusieurs hauts placés, sous le couvert de l’anonymat, ont avoué à l’Agence QMI qu’ils avaient sous-estimé l’influence de St.Helen sur son fils.

En l’espace de 10 mois, l’acquisition du joueur pour la coquette somme de 10 millions $ s’est transformée en véritable cauchemar pour la concession torontoise.

Après une seule saison, la sage Defoe bat son plein dans la Ville Reine. Veut-il rester? Veut-il partir? Que faire après avoir lui avoir déroulé le tapis rouge?

Les choses avaient pourtant bien commencé. Avec deux buts, il a aidé le Toronto FC à remporter son match inaugural contre Seattle dans ce qui était le match plus regardé dans l’histoire de la MLS au Canada.

L’athlète de 32 ans a inscrit neuf autres buts par la suite, pour un total de 11 à la pause du match des étoiles. Les choses ont dégénéré par la suite.

Malgré une blessure à l’aine, Defoe était toujours avec l’équipe lors d’une raclée contre D.C. United à la fin juillet.

Il a ensuite quitté pour l’Angleterre afin d’obtenir un second diagnostic, mais on l’a tout de même consulté lors du renvoi de l’entraîneur Ryan Nelsen. Defoe aurait refusé d’effectuer sa réhabilitation à Toronto et n’aurait pas voulu utiliser les services des médecins de l’équipe.

Il n’a pas non plus voulu suivre le plan établi selon lequel il aurait raté seulement trois matchs en vertu d’une opération mineure.

Pendant ce temps, en Angleterre, selon plusieurs sources, la mère de Defoe aurait tenté de parvenir à une entente avec des clubs londoniens afin de sortir son fils de Toronto.

St.Helen n’a pas peur de prendre le téléphone et de négocier elle-même les contrats de Jermain.

Elle aurait notamment facilité le retour de Defoe à Tottenham en 2009, pour qu’il renoue avec l’entraîneur Harry Redknapp.

Cinq ans plus tard, elle serait derrière les tentatives des Queens Park Rangers (QPR), qui sont maintenant dirigés par Redknapp, pour rapatrier Defoe en Angleterre.

Le transfert, évalué à 11 millions $, aurait été refusé par la haute administration du TFC, même si la mère de Defoe était parvenue à une «entente» pour son fils, avant même que ses agents soient au courant d’un quelconque échange.

St.Helen aurait alors «piqué une crise», pour sortir son fils de Toronto.

Plus tard, il a été confirmé que Defoe, ou bien sa mère, aurait accepté les termes d’un transfert sans en informer les propriétaires du TFC, donnant un avantage marqué à QPR dans les négociations.

C’est seulement à ce moment que Struan Marshall, l’agent de Defoe, a contacté la direction du club pour qu’elle approuve le tout. Toutefois, la firme Maple Leaf Sports & Entertainment (MLSE), propriétaire de la formation, a refusé toute transaction, préférant conserver ses chances de participer aux séries et se sauver la face devant les partisans.

Avec l’échec des négociations, Defoe n’a pas le choix de retourner dans la Ville Reine, avec trois ans et demi à faire à son contrat de 24 millions $. Il a tout de même pris trois semaines avant de réintégrer l’équipe, portant son total de matchs ratés à six.

Le joueur désigné est devenu une immense distraction pour l’équipe, probablement l’une des raisons pour lesquelles les Reds ont été écartés de la course aux séries.

Defoe est retourné au jeu pour deux parties avant de déclarer forfait en raison de la même blessure à l’aine qui l’avait ennuyé plus tôt.

Des questions ont été soulevées sur le sérieux de sa blessure, mais quoi qu’il en soit, Defoe ratera un 15e match lorsque le Toronto FC terminera sa saison face au Revolution de la Nouvelle-Angleterre samedi.

«Je ne sais pas ce que l’avenir me réserve, a raconté Defoe aux journalistes jeudi. Mais je veux désespérément participer aux éliminatoires.»

Ce ne sera pas cette année, qui se termine avec un autre beau gâchis pour le Toronto FC.