Photo : Jay Frasor Crédit : Dave Thomas/Toronto Sun/QMI Agency

Série mondiale 2014

Un ex-Blue Jays s’illustre avec les Royals

Publié | Mis à jour

Plusieurs années après avoir regardé la Série mondiale pour la première fois à la télévision, le releveur Jay Frasor peut maintenant prendre part à la finale du baseball majeur dans l’uniforme des Royals de Kansas City.

L’ancien des Blue Jays de Toronto se souvient qu’il avait 9 ans lorsqu’il a vu les Mets de New York et les Red Sox de Boston s’affronter en Série mondiale en 1986. L’équipe new-yorkaise avait remporté la rencontre numéro 6 sur une erreur de Billy Buckner avant d’enlever les honneurs du septième match.

Frasor s’est par la suite retrouvé avec les Salukis de l’Université Southern Illinois, sur le même monticule que l’ex-vedette des Jays Dave Stieb a foulé lors de ses années collégiales.

L’artilleur de 37 ans a ensuite gardé un œil sur les matchs de Série mondiale tout en faisant son chemin dans les ligues A, à Oneonta, West-Michigan et Lakeland dans le système des Tigers de Detroit, ainsi qu’à Vero Beach et à Jacksonville au niveau AA avec l’organisation des Dodgers de Los Angeles.

Après sept mois d’octobre passés en tant que membre des Jays, et une année avec les Rangers du Texas, Frasor peut enfin goûter à l’ivresse du championnat de fin de saison des ligues majeures.

Deux gains

Avant le premier affrontement face aux Giants, le natif d’Oak Forest, en Illinois, pouvait se venter d’avoir autant de victoires à sa fiche en séries cette année, soit deux, que l’as des Giants de San Francisco Madison Bumgarner.

Ce dernier a finalement obtenu son troisième gain de l’automne au terme de la première rencontre.

«Je suis surpris de voir à quel point je me sens à l’aise sur la butte, travaillant enfin en octobre, avait dit Frasor lundi après-midi. Le plus difficile, c’est de passer à travers les cinq premières manches de chaque partie. J’essaie de comprendre comment va se dérouler le duel et quand je pourrais être appelé à m’échauffer.»

Mardi, dans une cause perdante (7-1 pour les Giants), Frasor a accordé un but sur balles et a retiré Michael Morse au bâton en neuvième manche.

Bonnes présences

Avant de faire son entrée en 12e lors du match-suicide de la Ligue américaine face aux Athletics d’Oakland, le droitier de 5 pi et 9 po avait été utilisé dans 647 matchs au cours de sa carrière, dont 505 avec les Jays, ce qui constitue un record d’équipe.

Frasor a alors alloué un point sur un simple d’Alberto Callaspo, déjoué Derek Norris sur trois prises et forcé Nick Punto à frapper un ballon. Il a été crédité de la victoire quand les Royals ont inscrit deux points en fin de 12e.

Puis, face aux Angels de Los Angeles, Frasor n’a rien donné en deux sorties (11 manches et un tiers), avant de blanchir les Orioles de Baltimore durant le sixième tour au bâton de la troisième rencontre, savourant ainsi son deuxième gain des éliminatoires.

«Deux jours de congé après ma sortie face à Baltimore auraient suffi, avait soutenu Frasor. Je ne sais pas ce que ça va donner après six journées sans jouer.»

Ce fut finalement une bonne performance dans des conditions particulières, puisque les Royals tiraient déjà de l’arrière 7-1.

Pas de balayage cette fois

Frasor devrait certainement renouer avec l’action bientôt, car ses coéquipiers et lui ne balayeront pas cette série finale face aux Giants comme ils l’ont fait avec tous leurs adversaires cet automne.

Les troisième et quatrième matchs de la Série mondiale auront lieu vendredi et samedi à San Francisco.