James Shields

Crédit : USA Today Sports

Série mondiale 2014

Série mondiale: 10 éléments à surveiller

Publié | Mis à jour

La Série mondiale entre les Royals de Kansas City et les Giants de San Francisco s’amorce mardi soir. Voici cinq éléments-clés à respecter pour chacune des formations.

Les Royals gagneront si:

- Leurs partants peuvent durer

James Shields, Yordano Ventura, Jeremy Guthrie et Jason Vargas devront donner des manches de qualité à leur gérant Ned Yost s’ils veulent neutraliser l’attaque opportuniste des Giants. Les Royals n’ont pas beaucoup utilisé leurs lanceurs de longue relève depuis le début des séries et c’est là qu’ils sont vulnérables. Shields n’a pas été dominant du tout en éliminatoires, affichant une moyenne de points mérités de 5,63 en 16 manches. En tant que groupe, les partants n’ont passé en moyenne que cinq manches sur la butte cet automne. Ils ne pourront pas s’en sortir ainsi en Série mondiale.

- S’ils peuvent surmonter les six jours de repos

Les Royals pourront-ils reprendre là où ils ont laissé lors de l’élimination des Orioles de Baltimore? Après avoir surpris tout le monde en remportant ses huit matchs de séries contre les Athletics d’Oakland, les Angels de Los Angeles et les Orioles, la formation du Missouri a bénéficié d’une longue pause de six jours. Si elle parvient à retrouver son rythme, les Giants n’y pourront pas grand-chose. Mais si l’énergie n’y est pas, leur épopée pourrait prendre fin rapidement. En 2007, les Rockies du Colorado avaient balayé leurs deux premières séries, avant de subir le même sort face aux Red Sox de Boston en Série mondiale.

- S’ils continuent de générer des points

Les Orioles n’avaient pas l’une des attaques les plus dangereuses dans le baseball cette année, mais ils ont enregistré une moyenne de 5,25 points par rencontre en séries. Trois fois, ils ont marqué sept points ou plus. Et pourtant, les Royals sont parvenus à faire encore mieux.

- Ils offrent une avance à leurs releveurs

L’enclos des Royals a été particulièrement dominant depuis le début des séries, en particulier les trois spécialistes des fins de match: Kevin Herrera, Wade Davis et Greg Holland. Kansas City adore prendre l’avance rapidement dans le match, la maintenir jusqu’en sixième manche, puis envoyer ses releveurs pour neutraliser l’attaque adverse. La seule façon de briser cette tendance est de les empêcher de prendre les devants.

- Ils peuvent utiliser leur vitesse

Personne ne court comme les Royals dans le baseball d’aujourd’hui. La vitesse a été la clé dans leur remontée de quatre points en huitième contre les Athletics, pendant le match pour le titre de meilleur deuxième. Ils ont volé quatre coussins durant la manche et sept au cours de la partie. En saison régulière, ils ont commis 153 larcins, de loin le plus haut total dans les majeures. Encore mieux, les Royals ont utilisé leur vitesse pour déconcentrer les lanceurs adverses.

Les Giants gagneront si :

- Bruce Bochy demeure agressif

Lors des séries de division et de championnat, le gérant des Giants a complètement déclassé ses homologues Matt Williams et Mike Matheny. Le vétéran était toujours en avance sur eux, adaptant son style de gestion selon la durée de la série. Williams et Matheny ont commis des erreurs cruciales, n’étant pas capables de déroger de leur plan préétabli. Bochy a pu s’adapter et faire preuve d’audace.

- Des héros inattendus se manifestent encore

Travis Ishikawa et Joe Panik ne faisaient pas partie des joueurs à surveiller avant les séries. Mais les deux ont frappé des circuits lors du match crucial contre les Cardinals. Même chose pour Yusmeiro Petit, qui est devenu l’un des lanceurs les plus dominants des éliminatoires. Ce n’est pas que Buster Posey, Pablo Sandoval ou Hunter Pence ne font pas leur part, mais si des joueurs moins connus peuvent contribuer, les Giants seront irrésistibles.

- Bumgarner lance deux bijoux

Ce n’est pas exagéré de dire que Madison Bumgarner est le meilleur lanceur de la Série mondiale. Aucune des deux équipes ne possède une rotation particulièrement impressionnante. En fait, plusieurs équipes qui ne se sont pas qualifiées pour les séries, comme les Mariners et les Brewers, pouvaient compter sur une rotation avec davantage de profondeur. Si Bumgarner peut atteindre la septième ou la huitième manche lors des matchs 1 et 5, il donnera un peu de repos aux releveurs des Giants, qui pourraient être utilisés abondamment lorsque Jake Peavy, Tim Hudson et Ryan Vogelsong seront en action.

- Ils peuvent se rendre en manches supplémentaires

Oui, les Royals ont remporté quatre matchs en prolongation cet automne. Mais ils ne voudront certainement pas se frotter aux Giants dans ce genre de situation. L’enclos des Giants, dirigé de main de maître par Bochy, est polyvalent et dominant. Petit a lancé jusqu’ici neuf manches et deux tiers, accordant seulement deux coups sûrs. Le spécialiste des fins de match Santiago Casilla n’a pas encore alloué un point en 17 présences au monticule cet automne.

- Posey lève son jeu d’un cran pour devenir LE nouveau visage du baseball

Pendant que Derek Jeter est maintenant à la retraite, beaucoup s’attendent à ce que Buster Posey devienne le visage emblématique du baseball majeur. Le receveur a tout ce qu’il faut. Il a 27 ans, est très talentueux, il prêche par l’exemple et il est à son meilleur quand l’enjeu est élevé. Évoluant à un poste-clé, il incarne le cœur et l’âme d’une équipe d’un gros marché qui pourrait gagner son troisième titre en cinq ans. Il valorise le succès de l’équipe avant le sien, ce qui fait de lui un excellent coéquipier.