Renaud Lavoie

Parenteau heureux à Montréal

Parenteau heureux à Montréal

Renaud Lavoie

Publié 20 octobre 2014
Mis à jour 20 octobre 2014

Si la saison dernière n’a pas été facile pour Pierre-Alexandre Parenteau avec l’Avalanche du Colorado, ce début de saison à Montréal est rempli de promesse.

L’équipe gagne, mais comme il le souligne lui-même, il ne faut pas trop s’emballer. Il n’y a que six matchs de joués dans la saison.

Pendant ce temps, les choses vont bien sur le plan personnel. Il a marqué deux buts et amassé trois aides en six rencontres. Il a aussi décidé de modifier certaines habitudes de vie.

«Maintenant je prends plus soins de mon corps, m’a-t-il dit après l’entraînement lundi. Je veux jouer jusqu’à 36-37 ans et j’ai décidé de surveiller ce que je mangeais. Je suis rendu là dans ma carrière. Et je fais maintenant dodo de bonne heure!»

Ces bonnes habitudes font en sorte que Parenteau performe déjà comme l’entraîneur Michel Therrien le désire depuis le début de la saison.

Parenteau a passé la durée du camp d’entraînement et le premier match sur le trio de David Desharnais et Max Pacioretty. Depuis deux semaines, il est jumelé à Tomas Plekanec et Alex Galchenyuk après avoir joué avec son ami Desharnais. Il a toutefois tenu à souligner les prouesses de son nouveau joueur de centre.

«Je ne comprends pas pourquoi les gens critiquaient Tomas la saison dernière. Il ne fait jamais de gaffes et on ne court jamais après la rondelle. Il fait toujours le bon jeu quand c’est le temps.»

Une pensée pour Capuano

En même temps, il regarde ce qui se passe ailleurs dans la LNH et il se dit très heureux pour Jack Capuano.

«C’est lui qui a été le premier à me placer sur un premier trio dans la LNH. C’est bien de le voir connaitre du succès derrière le banc des Islanders. Même chose pour Doug Weight qui m’a toujours aidé et John Tavares. Je suis content pour eux ils le méritent.»

«Heureux» est aussi le qualificatif qui décrit PA Parenteau le mieux présentement. Il aime ses nouveaux coéquipiers et ce n’est pas une surprise : son bon ami David Desharnais lui avait clairement indiqué cet été comment ça se passait chez les Canadiens.

«C’est agréable de se présenter à la patinoire.»

 Sekac a hâte d’affronter les Wings

Pendant ce temps, à l’autre bout du vestiaire, Jiri Sekac se dit excité à affronter les Red Wings mardi.

«C’était mon équipe quand j’étais plus jeune. Tellement que lorsque je jouais au jeu de la LNH sur EA Sports, je prenais toujours Detroit. Je faisais jouer Nicklas Lidstrom pendant tout le match!

C’était mon joueur préféré avec Chris Chelios. Étrangement ce sont des défenseurs que j’aimais et non des attaquants», a-t-il raconté en riant.

Présentement, Sekac se dit impressionné par deux de ses coéquipiers : Brendan Gallagher, pour sa fougue, et Alex Galchenyuk pour la qualité de son jeu, surtout la façon dont il fonce au filet.

«Je regarde ce que ces joueurs-là font mais, je ne veux pas les imiter non plus. Je me suis rendu dans cette ligue grâce à mon propre succès.»

Une chose est certaine, cette acquisition de Marc Bergevin est enviable. Le Tchèque prend de meilleures décisions sur la patinoire et commence à se familiariser à la LNH. Avec le temps le succès viendra sans aucun doute.