Crédit : JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Alouettes

Prendre son destin en main

Publié | Mis à jour

Les Alouettes de Montréal entameront la dernière étape de leur saison régulière, lundi après-midi, lorsqu’ils accueilleront les Roughriders de la Saskatchewan au stade Percival-Molson.

C'est un match que la troupe de Tom Higgins peut difficilement échapper en raison de la course dans laquelle elle est impliquée avec les Argonauts de Toronto et les Tiger-Cats de Hamilton pour une place en éliminatoires.

«On ne tient pas compte des résultats de ces deux équipes, car on n’a aucun contrôle sur eux, a expliqué Higgins.

«Il faut simplement garder notre destin entre nos mains. À chaque victoire que tu remportes, tu as un peu plus le contrôle de ta situation. Avec le classement actuel, on peut même penser terminer au premier rang.»

Il est bien conscient que les Roughriders ne faciliteront pas la tâche de sa formation, surtout qu’ils ont perdu leurs deux dernières rencontres.

«Je m’attends à voir des Riders désespérés et affamés, a indiqué Higgins. Il n’y a pas de doute qu’ils voudront rebondir.

«On est prêts à les voir utiliser deux pivots durant la partie et tenter de courir avec le ballon à outrance.»

Les demis offensifs Anthony Allen et Jerome Messam sont gros et puissants. Supportés par une bonne ligne à l’attaque, ils tenteront sans doute de faire sentir leur présence dès les premiers instants du match.

Un visage différent à l’attaque

Avec l’absence de Brandon Whitaker, il y a de bonnes chances que le livre de jeux des Alouettes soit quelque peu différent.

«On va s’éloigner un peu des modèles de jeux à deux porteurs de ballon pour le moment, a indiqué le coordonnateur offensif Ryan Dinwiddie. On va se concentrer sur ceux qui impliqueront uniquement Tyrell Sutton.»

Il est conscient qu’il ne peut pas avoir la même approche que celle des derniers matchs, car Sutton n’a pas des qualités similaires à Whitaker.

«Ce sont deux joueurs de qualité. Sutton ne fait pas de compromis et fonce droit devant lui, alors que Whitaker est davantage en finesse», a précisé Dinwiddie.

En plus de toucher le ballon régulièrement, Whitaker était efficace quand il fallait protéger son quart. Il faudra que Sutton puisse aussi le faire pour donner une chance à Jonathan Crompton de repérer ses receveurs.

Du boulot pour la ligne offensive

L’arrivée de Sutton dans le champ-arrière des Alouettes demandera quelques ajustements à Crompton, mais aussi à la ligne offensive.

«Même s’il est petit de taille (5 pieds 8 pouces), Sutton est un porteur de ballon qui joue gros, a indiqué le centre Luc Brodeur-Jourdain. Il est très physique et aime aller au contact.

«Il arrive rapidement à la ligne de mêlée et aime bien se faire de la place, même quand il n’y en a pas.»

Avec le puissant front défensif des Roughriders, meneur pour les sacs dans la Ligue canadienne, il faut donc s’attendre à du jeu très physique sur la ligne de mêlée. Et ce sera un match où Crompton n’aura pas beaucoup de temps pour prendre ses décisions.