Tennis

Bouchard s'incline en finale en Chine

Publié | Mis à jour

Comme à Wimbledon, la Québécoise Eugenie Bouchard a trébuché devant la Tchèque Petra Kvitova, s'inclinant 6-3 et 6-4 en finale du tournoi de Wuhan, samedi.
 
En quête du deuxième titre de sa carrière au sein du circuit de la WTA, la sixième favorite s'est à nouveau butée à la puissance de la gauchère, troisième tête de série de l'événement, dans une rencontre qui a duré 1 h 19 min.
 
À Wuhan, un tournoi de type «Premier» qui était disputé pour la première fois, la neuvième raquette au monde aurait gagné son plus prestigieux trophée. Mais Kvitova s'est à nouveau montrée intraitable. Certes, le match a été plus serré que celui joué au All England Club en juillet, où la Montréalaise de 20 ans avait été déclassée 6-3 et 6-0. Sauf que la grande Tchèque a de nouveau montré l'étendue de son expérience, n'offrant aucune balle de bris à Bouchard durant la première manche.
 
La troisième mondiale a pour sa part brisé dès la première partie au service de sa rivale, tant à la première qu'à la seconde manche. Kvitova a ensuite effacé deux occasions de briser au sixième jeu de la deuxième, avant de se procurer une avance de deux bris au tour de Bouchard au service.
 
La Québécoise a réussi un premier bris à 5-2, mais il était trop tard pour empêcher l’Européenne de remporter un troisième titre cette saison et un 14e depuis ses débuts chez les professionnelles.
 
«Ç’a été une bonne semaine, a souligné Bouchard lors de son discours d’après-match, rapporté sur le site de la WTA. Premièrement, je dois féliciter Petra. Elle m’a battue à deux reprises en finale cette année, alors je devrai trouver comment la vaincre maintenant.»
 
«Genie», qui voyageait cette semaine sans son entraîneur Nick Saviano, n'a pas montré de mauvaises statistiques au service dans ce match sans rythme (75% de premières balles en jeu), mais son adversaire a été plus constante.
 
Bouchard a aussi fait appel aux services d'une soigneuse après le troisième jeu de la deuxième manche. Celle-ci lui a fait un bandage au majeur de la main gauche.
 
En enlevant les grands honneurs, Kvitova a obtenu son billet pour le Championnat de fin de saison de Singapour, qui sera joué du 20 au 26 octobre. Bouchard aurait fait de même si elle avait gagné le titre et elle demeure dans la course.
 
«J’ai le sentiment d’avoir bien joué cette semaine, a continué la Canadienne. Et la foule m’a fait sentir comme si j’étais à la maison. De plus, c’était la première année [d’existence] de ce tournoi, mais j’avais l’impression que vous avez fait ça pendant 100 ans. C’était super.
 
«J’en étais à ma première visite à Wuhan et j’ai adoré. J’aimerais revenir lors de la saison morte.»
 
Les deux filles doivent maintenant jouer le tournoi de Pékin, la semaine prochaine. Bouchard affrontera d’ailleurs l’Allemande Sabine Lisicki (26e) au deuxième tour de l’épreuve.
 
Quatrième finale
 
La jeune femme de 20 ans disputait en Chine la quatrième finale de sa jeune carrière, et la deuxième en importance après celle de Wimbledon.
 
En mai dernier, elle a gagné son premier titre WTA à Nuremberg, en Allemagne, où elle a battu en finale la Tchèque Karolina Pliskova.
 
En 2013, la Montréalaise avait aussi atteint le match ultime à Osaka, au Japon, baissant pavillon devant l'Australienne Samantha Stosur.
 
Une croix sur l'été
 
Malgré la défaite, ce résultat arrive à point pour Bouchard, qui avait connu un été difficile après avoir atteint sa première finale dans un tournoi du Grand Chelem.
 
Battue à son premier match du tournoi devant les siens à Montréal, puis à Cincinnati, elle n'a gagné qu'une rencontre sur le dur nord-américain avant de se présenter aux Internationaux des États-Unis. À New York, Bouchard a obtenu son moins bon résultat de la saison dans un événement majeur, une défaite au quatrième tour.
 
Elle avait par la suite suivi les conseils de ses médecins et pris une pause de deux semaines.
 
À Wuhan, Bouchard a été beaucoup plus convaincante, notamment en demi-finale, où elle a évincé la Danoise Caroline Wozniacki, finaliste aux Internationaux des États-Unis, 6-2 et 6-3.