Crédit : Al Charest/Calgary Sun/QMI Agency

LNH

Ramo prêt à batailler

Publié | Mis à jour

Rétabli de sa blessure à une hanche, le gardien Karri Ramo conserve une bonne attitude même si les Flames de Calgary ont pris la décision d’embaucher le vétéran Jonas Hiller par le biais du marché des joueurs autonomes au cours de l’été.

Ramo, qui était limité dans les exercices au début du camp d’entraînement, peut maintenant s’entraîner normalement avec l’équipe.

«Nous y sommes presque, a-t-il dit. Nous allons augmenter la cadence quand le moment sera venu.»

Ramo, qui a gagné la bataille pour le poste de gardien numéro un la saison dernière, a confié avoir aggravé une blessure à la hanche durant son entraînement estival.

«Je vais mieux maintenant, a assuré le gardien finlandais de 28 ans. J’ai pris le temps qu’il faut afin d’éviter que la blessure puisse revenir à nouveau.»

Ramo n’y pouvait rien, mais sa préparation physique ayant été limitée, il est évident qu’il se retrouve derrière Hiller dans la hiérarchie de l’équipe, du moins, pour le début de la saison.

C’est sans doute une position difficile pour Ramo, lui qui avait clairement gagné ce poste lors de la récente campagne face à Reto Berra, qui a depuis été échangé à l’Avalanche du Colorado.

À l’écart pendant un certain temps en raison d’une blessure à une cheville, Ramo avait terminé la saison avec une fiche de 16-15-4, une moyenne de buts alloués de 2,65 et un taux d’efficacité de ,911.

Dernière année de contrat

Ses espoirs de demeurer le gardien numéro un des Flames au quotidien se sont envolés quand Hiller a rompu avec les Ducks d’Anaheim pour signer un contrat de deux ans et 9 millions $ avec l’équipe de Calgary.

«À ce moment, j’étais le seul gardien de but sous contrat avec les Flames. J’étais donc certain que quelqu’un d’autre devait s’en venir, a exprimé Ramo. Je savais que rien ne m’allait être donné. Je n’ai jamais pensé que j’allais jouer chaque jour, peu importe ce qui allait se passer.»

«Ils ont décidé de s’entendre avec Jonas et je sais que c’est un bon gars et un bon gardien qui va aider l’équipe. Peu importe la situation, il va toujours devoir batailler. Il faut être à son mieux chaque jour. Le jour où tu deviens confortable, ça peut te revenir en pleine face.»

Ramo disputera la dernière saison d’un pacte de deux ans lui rapportant 2,75 millions $ et pourrait donc devenir joueur autonome sans compensation en juillet 2015.