Crédit : PIER-YVES CARBONNEAU-VALADE/AGENCE QMI

Football

Le Rouge et Or incisif face aux Gaiters

Publié | Mis à jour

Le Rouge et Or de l’Université Laval a égalé un record du Sport interuniversitaire canadien en signant une 21e victoire consécutive.

L’équipe de football de Québec a disposé des Gaiters de Bishop’s par la marque de 72-15, samedi, dans un match disputé au Coulter Field, rejoignant les Marauders de McMaster pour la plus longue séquence victorieuse. Une victoire samedi prochain, au PEPS, face aux Redmen de McGill placerait le Rouge et Or seul au sommet.

En avance par trois petits points tôt au deuxième quart, Laval a marqué 25 points sans réplique pour se forger une priorité de 43-15 à la demie. Les 30 dernières minutes n’ont été qu’une formalité.

«On peut dire mission accomplie pour l’effort et le “focus”, a mentionné l’entraîneur-chef Glen Constantin. On était reparti insatisfait à nos dernières visites à Bishop’s, mais ce n’est pas le cas cette fois-ci. Ce n’est pas le pointage qui est important, mais la façon de faire. Je suis pas mal content de l’intensité et de l’exécution.»

«Bishop’s avait un bon plan de match au départ et compte toujours sur de bons athlètes, a poursuivi le pilote. À la demie, j’ai mis nos receveurs et nos joueurs de ligne offensive au défi de gagner leurs batailles individuelles. Ils ont bien répondu. Notre pire ennemi a été de marquer un touché facile sur notre première série offensive avec le vent dans la face. Il y a eu un petit relâchement et un manque de communication sur la ligne tertiaire.»

Le quart-arrière Hugo Richard a connu un autre fort match. Il a complété 22 de ses 34 passes pour 407 verges, ratant de peu le record d’équipe de 416 verges appartenant à Mathieu Bertrand. Il a lancé trois passes de touché avant de céder son poste à Gabriel Gladu-Fortier tôt au quatrième quart.

«On savait que les Gaiters étaient vulnérables dans les zones profondes, a expliqué Richard. Ils nous offraient beaucoup de couverture homme à homme. On ne pensait pas lancer autant au départ, mais nous n’avons pas été capables de courir et on s’est tourné vers la passe. L’intensité du vent changeait beaucoup et ce n’était pas nécessairement facile même avec le vent dans le dos.»

La cible de prédilection de Richard a été Félix Faubert-Lussier qui a capté huit passes pour 212 verges et trois majeurs. «Félix a joué un gros, gros match, a louangé Richard. Il me surprend à chaque fois.»

Julian Bailey a aussi connu un bon après-midi avec quatre réceptions pour 62 verges.

Peu d’espoir pour les Gaiters

Les Gaiters ont eu les devants pendant 2 min 34 s au premier engagement et ont réduit l’écart à 18-15 avant que le Rouge et Or marque 54 points sans réplique.

«Il y a une raison pour laquelle Laval n’a pas perdu depuis si longtemps, a souligné l’entraîneur-chef des Mauves, Kevin Mackey. Ils ont une bonne équipe et je leur lève mon chapeau.»

«Notre botteur a eu des difficultés et nous avons effectué quelques mauvaises longues remises, a ajouté Mackey. Tu ne peux pas commettre ce genre d’erreurs contre Laval. Nous sommes jeunes. C’est décevant et difficile, mais il n’y a personne de mort. On doit se préparer pour notre match des retrouvailles la semaine prochaine contre Acadia.»

***

Huit placements de Boris Bede

Le botteur du Rouge et Or de l’Université Laval Boris Bede a réussi la deuxième meilleure performance dans l’histoire du réseau universitaire canadien avec huit placements face aux Gaiters de Bishop’s, samedi.

Le record est de neuf, mais a été réussi dans une rencontre nécessitant quatre prolongations. Dans une victoire face aux Huskies de Saint Mary’s le 21 octobre 2006, Warren Kean, des Stingers de Concordia, avait réussi quatre placements en prolongation.

Bede a par la même occasion battu la marque d’équipe de Christopher Milo. Le botteur des Roughriders de la Saskatchewan avait réussi sept placements le 20 septembre 2008 face aux Stingers. Les huit bottés de précision de Bede représentent donc un record pour une partie en temps régulier.

«Ce fut une journée mémorable à Sherbrooke, a exprimé Bede. La télévision m’a informé du record quand je suis revenu au banc. Je ne veux pas me comparer à Milo qui est un professionnel et dont le “job” de botteur est son travail. Je ne vise pas les records. Je veux seulement jouer au football.»

Bede a été parfait en huit tentatives dans un gain facile de 72-15.

«L’offensive a très bien bougé le ballon et je me suis retrouvé en bonne position, a-t-il expliqué. Il ventait beaucoup pendant la période d’échauffement et j’étais un peu nerveux avant le match.»

Le botteur français a fait mouche sur des distances de 15, 25, 37, 28, 21, 38, 26 et 15 verges en plus de réussir deux simples et six convertis. Sa performance de 32 points est la deuxième meilleure dans l’histoire du réseau québécois.

Établi le 2 octobre 1976 face aux Redmen de McGill, le record est de 42 et appartient à Mike Murphy, des Gee Gees d’Ottawa, qui a réussi cinq touchés, neuf convertis et un placement.

Bede a conservé une moyenne de 55,8 verges en cinq dégagements et de 56,3 verges sur sept bottés d’envoi.