Crédit : PIERRE-PAUL POULIN/LE JOURNAL DE MONTRÉAL/AGENCE QMI

Canadiens de Montréal

Plekanec dort en paix

Jean-François Chaumont / Agence QMI

Publié | Mis à jour

ll y a des rumeurs, mais très peu de vérités. Avec l’attaquant du Canadien de Montréal Tomas Plekanec, la machine à rumeurs s’emballe depuis quelques jours.

Quelques-unes comme celle indiquant que Plekanec n’a pas hérité du «C» de capitaine en raison de son avenir incertain. Un autre bruit circule selon lequel le directeur général Marc Bergevin devra tôt ou tard s’en départir pour faire une place à Alex Galchenyuk au centre.

En entrevue au «Journal de Montréal» quelques secondes après le départ des caméras et des nombreux micros, Plekanec ne ressemblait en rien à un joueur nerveux de son sort avec le Tricolore.

«Je n’y pense absolument pas, a-t-il répondu. Je joue à Montréal depuis assez longtemps pour connaître la réalité de cette ville. Je dors en paix la nuit. Il y a toujours des rumeurs, c’est inévitable.»

«Je n’ai pas peur pour mon avenir avec les Canadiens.» Tomas Plekanec

«J’ai accepté avec grand bonheur de devenir l’un des quatre adjoints de l’équipe. Quand je parle avec la direction ou les entraîneurs, j’ai toujours senti qu’on me considère comme un morceau important du casse-tête.»

Sur le plan contractuel, Plekanec amorcera la cinquième année d’un pacte de six ans et de 30 millions $. Il empochera 5 millions $ pour les deux prochaines saisons.

Au camp avec deux jeunes

Depuis le début du camp, l’entraîneur-chef Michel Therrien a offert des indices quant à ses combinaisons probables à l’attaque. Il a réuni David Desharnais et Max Pacioretty à Pierre-Alexandre Parenteau au sein de ce qui pourrait devenir le premier trio de l’équipe. Un quatrième trio pointe à l’horizon avec Manny Malhotra au centre de Brandon Prust et de Dale Weise.

Ensuite, il y a des duos: Lars Eller avec Rene Bourque et Alex Galchenyuk avec Brendan Gallagher.

Pour Plekanec, l’histoire est un peu différente. Pour les deux premiers jours du camp, le vétéran de 31 ans a patiné avec deux recrues, Jiri Sekac et Sven Andrighetto. Encore une fois, il reste de glace par rapport à cette situation.

«Je ne porte pas attention à cela, c’est beaucoup trop tôt pour commencer à analyser les trios, a-t-il affirmé. Depuis 10 ans, j’ai joué avec tellement de joueurs au sein de mon trio, je suis habitué aux changements. En séries l’an dernier, j’ai aussi joué avec plusieurs ailiers différents. »

Plekanec a eu de bons mots pour Sekac, un joueur originaire de la même ville (Kladno) que lui en République tchèque.

«Jiri a plusieurs bons outils pour jouer dans la Ligue nationale. Je crois qu’il sera encore meilleur lors des vrais matchs, je m’attends à le voir élever son jeu pour le début des rencontres préparatoires. »

Galchenyuk encore jeune

Pour le début du camp, le CH a opté pour l’expérience Galchenyuk au centre. De l’avis de Plekanec, le jeune Américain a le talent pour faire sa place à cette position, mais ça ne surviendra pas nécessairement demain matin.

«"Chuckie" (Galchenyuk) est un bon joueur, il a de bons atouts pour jouer au centre, a-t-il expliqué. Il est encore jeune et il apprend. On va voir comment il va assimiler le jeu dans les deux sens. Mais, il a ce qu’il faut. »

Assimiler le jeu dans les deux sens est justement ce que regardera le CH pour trancher dans le cas de Galchenyuk. S’il devait retourner à l’aile, Plekanec pourrait être son joueur de centre avec Gallagher sur le flanc droit.