Photo : Un nouveau titre devrait bientôt être confié à Nick De Santis. Crédit : Agence QMI

Impact de Montréal

C’est 20 pensées – septembre 2014

C’est 20 pensées – septembre 2014

Fréderic Lord

Publié 29 août 2014
Mis à jour 29 août 2014

Retour de cette chronique tant attendue. Une série de notes qui me restent dans le calepin.

Aucune de mes sources n’est nommée dans ce texte.
___________________________________________

1. L'histoire remonte à la victoire de l'Impact de Montréal en championnat canadien. Au moment de remettre la Coupe des Voyageurs au capitaine Patrice Bernier, Marco Di Vao est appelé à ses côtés.

Normalement, tradition oblige, l’honneur de soulever le trophée en premier revient exclusivement à celui qui porte le brassard. C’est comme ça en Coupe du monde, en Ligue des champions, etc.

Bref, je trouvais curieux – mon collègue Olivier Brett aussi – que l’Italien vole un peu de thunder à l’orgueil de Brossard. En posant quelques questions, la lorgnette par laquelle je revois cette image est bien différente.

C’est Bernier lui-même qui a demandé à Di Vaio de soulever le trophée avec lui. Comme c’est la dernière année du buteur avec le club, il voulait s’assurer que le vétéran soulève au moins un trophée avec le Bleu-blanc-noir.

2. À propos de Di Vaio : durant son séjour avec le club, dans les moments difficiles, des joueurs se sont montrés agacés du «deux poids, deux mesures» qui peut parfois régner dans la dynamique de l’équipe. Mais jamais, au grand jamais, n’a-t-on remis en doute l’éthique et le professionnalisme de Di Vaio.

Au contraire, il aura impressionné ses collègues par son esprit de dévouement sur le terrain.

3. Dans sa dernière allocution aux membres et détenteurs d’abonnement de saison, le président Joey Saputo s’est plaint des «problèmes concurrentiels» de la ville de Montréal face aux autres marchés américains de la MLS. La langue, la météo et les taxes.

Même si l’enjeu est infiniment plus complexe, plusieurs joueurs ont bénéficié avec bonheur de certains avantages sociaux qu’offre la Belle Province. En ce sens, si un conflit de travail (grève ou lock-out) devait se déclencher à l’hiver au moment du renouvellement de la convention collective de la MLS, les joueurs à Montréal se sentiront mieux protégés.

4. À placer au chapitre des pertes de l’Impact cette saison : Adam Braz. Avec ses défauts et ses qualités, l’ancien défenseur de l’Impact était ni plus ni moins le «parrain» de l’organisation. Toujours prêt à amener quelqu’un à une bonne adresse, à aider une nouvelle recrue à embrasser la ville.

5. À l’entrée de l’Impact en MLS, le club avait pris plusieurs mesures pour présenter la métropole québécoise à ses nouveaux joueurs issus de l’expansion. Une de celles-ci avait été organisée par l’épouse de M. Saputo. Un souper où étaient regroupées les conjointes des joueurs. Même si certains ont quitté le club, on en parle encore comme d’un moment très positif.

6. Est passé dans le vestiaire de l’Impact au cours du dernier mois : Georges St-Pierre. L’ancien champion du monde de l’UFC a prononcé un petit laïus d’une vingtaine de minutes sur la confiance.

Je me retiendrai de vous passer les histoires que GSP a racontées; privilège du vestiaire montréalais. Mais il a fait grande impression auprès des joueurs.

7. L’ancien joueur désigné Hernan Bernardello dispute aussi la Ligue des champions de la CONCACAF avec son nouveau club mexicain, le Cruz Azul. Il a quitté l’Impact au milieu de la saison parce que le club jugeait ses demandes salariales trop élevées.

Une question demeure en suspens : est-ce que l’IMFC aurait pu lui faire signer un nouveau pacte et le vendre à une autre équipe? Ou le géant mexicain s’en est seulement entiché parce qu’il était agent libre?

8. Même s’il a été relevé des fonctions de directeur sportif, Nick De Santis est toujours très engagé dans les activités du club. Comme c’était son habitude, il ne rate aucun des entraînements au stade Saputo ou au centre Claude-Robillard.

Un nouveau titre devrait lui être confié bientôt.

9. Quelques joueurs du XI montréalais ont assisté à l’«Anti-Gala KARV» de cette année. Du nombre, Maxim Tissot était des plus emballés. Un admirateur de Mariloup Wolfe, de ce que je comprends.

10. Si Patrice Bernier fêtera sa 50e sélection (respect) en équipe nationale le 9 septembre face à la Jamaïque, Jeremy Gagnon-Laparé pourrait fouler le terrain pour la cinquième fois sous le maillot canadien.

Il y a de ces mystères parfois. Comment peut-il être constamment rappelé chez les seniors même s’il n’apparaît que très rarement dans les 18 des feuilles de matchs de l’Impact? Et dans cette liste, il y a souvent trois attaquants pour un système qui n’en requiert qu’un seul.

11. Vous avez été plusieurs à me poser des questions sur Zak Messoudi. Avec raison parce qu’il a créé bonne impression au cours des deux derniers camps du club.

Après son passage avec le Fury d’Ottawa, il s’est blessé à l’aine. Arrêté depuis près de trois mois, la convalescence  tire à sa fin.

Pour le moment, il est de retour avec le club montréalais. Est-ce qu’on va lui trouver des minutes de jeu? Ça reste à voir.

12. C’est le dimanche 31 août qu’aura lieu le premier Match des étoiles de Montréal-Nord sous la présidence d’honneur de Patrice Bernier.

J’étais censé y être, mais des circonstances personnelles me forcent à faire l’impasse sur la rencontre.

À compter de midi au Parc St-Laurent. Pour une bonne cause.

13. Parlant de point de vue personnel… J’en ai fait l’annonce un peu plus tôt cet été, je me joins à l’équipe du hockey à TVA Sports.

C’est avec un très grand plaisir que j’apporterai ma touche – singulière - à nos reportages tout au long de l’année.

Cela dit, je demeure en poste avec l’Impact, la Ligue des champions et la Ligue Europa.

On a encore plein de projets et d’autres matchs anthologies à partager.

14. Début de la Ligue des champions à TVA Sports : 16 septembre.

15. Nombreux sont ceux qui se demandent ce qu’a mangé Andrés Romero pour opérer pareil changement cette année. Sans l’ombre d’un doute, il est un joueur transformé et il se glisse de plus en plus dans les discussions de joueur de l’année.

Autour de l’équipe, le vent court qu’un membre de l’organisation lui aurait « brassé la cage ». Je ne peux révéler qui, mais je peux vous dire qu’il ne porte que rarement des vêtements d’entraînement (traduction libre de tracksuit).

16. Dilly Duka est toujours à l’hôtel quelques semaines après son arrivée du Fire de Chicago. Ses guides montréalais? Il nomme Futty Danso (lui aussi à l’hôtel), Jack McInerney et Justin Mapp.

17. Écoutez ceci, ça vient de Montréal :

18. Regardez ceci, ça vient de Montréal : 

19. Dans la dernière vidéo, vous pouvez voir l’entraîneur des U-18 Jason Di Tullio, un ancien joueur de l’Impact qui aurait connu une carrière encore plus grande s’il n’avait pas été blessé à répétition. «Un des meilleurs, sinon le meilleur», m’assurent certains observateurs.

Malgré tout, Di Tullio a réussi à accrocher un titre avec l’Impact en 2004. Ça explique en partie la passion qui l’anime pour le maillot Bleu-blanc-noir.

20. En terminant, un mot sur le nouvel attaquant Anthony Jackson-Hamel. Maladroitement (pour ne pas dire autre chose), un journaliste demandait pourquoi il avait choisi de floquer son maillot du «Jackson» seulement.

Tous ceux qui connaissent le numéro 24 de l’Impact savent que ses amis, ses proches l’appellent «Jackson» et bien rarement «Anthony».

Avant de faire ce choix, il s’est tourné vers son grand-père – dont il est très proche – pour obtenir son approbation, un geste hautement symbolique pour lui.

Originaire de Québec, Jackson est un attaquant bien de chez nous. Évoquer le contraire est purement honteux et révoltant.