Photo : Dmytro Timashov Crédit : Agence QMI

LHJMQ

Timashov, l’autre Européen des Remparts

Publié | Mis à jour

En l’absence du Russe Vladislav Kamenev, l’autre nouvel Européen des Remparts de Québec, Dmytro Timashov, a fait sentir sa présence, mardi, lors de la première séance du camp d’entraînement de la formation de la LHJMQ, à l'Ancienne-Lorette.
 
Premier constat: cet attaquant de 18 ans originaire de l’Ukraine se déplace avec aisance sur la surface glacée et son tir des poignets lui permettra sans doute d’enfiler plusieurs buts dans les amphithéâtres du circuit Courteau.
 
À voir et à lire également :
Ex-coéquipier de William Nylander, premier choix des Maple Leafs de Toronto et huitième au total lors de la dernière séance de repêchage de la LNH en juin dernier, au sein de la formation junior de Modo, Timashov a récolté 41 points en 40 parties (12 buts) la saison dernière dans la ligue élite suédoise.
 
«William est un excellent joueur et l’un de mes meilleurs amis. Personnellement, je me considère comme un bon fabricant de jeu qui aime contrôler la rondelle avant de la refiler avec précision à mes coéquipiers. Et j’aime compter des buts!», a affirmé Timashov.
 
De bons souvenirs
 
L'entraîneur-chef des Remparts Philippe Boucher avait remarqué son nouveau protégé lors du Défi mondial des moins de 17 ans en janvier 2013, à Victoriaville.
 
«Je l'ai aussi épié pendant une dizaine de matchs de Modo diffusés sur le web. J’avais bien aimé ses performances quand il était jumelé avec Nylander et (Adrian) Kempe (NDLR: sélection de première ronde, 28e choix des Kings de Los Angeles).
 
«Dmytro complétait bien ces gars-là et on souhaite qu’il fasse de même avec les Adam Erne, Anthony Duclair et Marc-Olivier Roy. Dmytro a sûrement sa place au sein de notre top six. Il se bat bien pour la rondelle et je viens de le voir compter de très beaux buts. J’ai hâte de le regarder aller durant de véritables situations de matchs.»
 
Bien à l’aise
 
Débarqué à Québec samedi, il semblait déjà aussi à l’aise qu’un poisson dans l’eau dans le vestiaire des Remparts! Cela s'explique, il s’exprime aisément en anglais comme la majorité des jeunes Suédois.
 
«Je suis né en Ukraine, mais au divorce de mes parents, ma mère est déménagée en Suède pour y trouver du travail. J’y ai joué tout mon hockey mineur.»
 
Timashov croyait bien intéresser l’une des 30 formations de la LNH, mais son gabarit a peut-être refroidi les ardeurs de certains dirigeants. À 5 pi 8 po, le blondinet semble coulé dans le même moule qu’un Sven Andrighetto, un ancien attaquant prolifique des Huskies de Rouyn-Noranda.
 
«J’ai pris la décision de tenter ma chance au hockey junior canadien à l’issue de la dernière saison. Mon agent s’est occupé du reste! Je ne me suis pas fixé d’objectifs personnels, je suis venu pour favoriser mon développement.»
 
Brouillard est taillé sur mesure
 
Le défenseur Nikolas Brouillard savait depuis le début du mois de janvier qu’il enfilerait l’uniforme des Remparts de Québec durant la saison 2014-15.
 
Brouillard, dont les services ont été obtenus lors d’une transaction qui avait expédié le capitaine Ryan Culkin à Drummondville, est finalement passé à l’acte mardi après-midi.
 
«Québec, c’est l’une des plus belles organisations de la LHJMQ. Sachant que nous accueillerons le tournoi de la Coupe Memorial, c’est encore mieux!», a plaidé le défenseur de 19 ans.
 
Reconnu pour son flair offensif (12 buts, 49 mentions d’aide l’an dernier), Brouillard affirme avoir comblé certaines lacunes en zone défensive à sa troisième campagne dans le circuit Courteau.
 
«J’ai beaucoup travaillé à améliorer la qualité de mon jeu défensif la saison dernière. Les résultats ont été bons, car j’ai terminé dans les plus (NDLR :  2 comparé à -18 l’année précédente).
 
«J’ai encore du travail à faire, particulièrement le long des rampes. Je ne suis pas du genre à expédier un rival dans les estrades à l’aide d’une mise en échec, mais je suis intelligent avec mon bâton.
 
«À l’offensive,  je sais que ça vient naturellement. J’ai une bonne relance de l’attaque, j’effectue de bonnes premières passes et je possède un bon sens du jeu. Mon style cadrera mieux chez les Remparts qu’à Drummondville, où l’accent était mis sur la défensive.»
 
Un essai à Winnipeg
 
Oublié deux fois plutôt qu’une au repêchage de la Ligue nationale de hockey, Brouillard participera au camp de recrues des Jets de Winnipeg le mois prochain. Moment culminant de cet essai : un tournoi à cinq équipes disputé à Pentincton, en Colombie-Britannique, du 12 au 15 septembre.
 
«Mon agent (Marc Lavigne) m’a appelé deux semaines après le repêchage pour me transmettre l’invitation des Jets. Ça me procurera une belle vitrine auprès de quelques organisations», a émis celui qui avait patiné au camp des nombrils verts des Sharks de San Jose, l’automne dernier.