Photo : Angelo Esposito Crédit : Capture d'écran TVA Sports

Hockey

Esposito essaie une dernière fois

Publié | Mis à jour

Vous aviez peut-être oublié l’existence d’Angelo Esposito avant que l’attaquant québécois ne signe récemment un contrat avec les Komets de Fort Wayne – la nouvelle filiale de l’Avalanche du Colorado dans l’ECHL.

Vous peut-être aussi oublié l’idée de voir Esposito de disputer un match dans la LNH un jour.

À voir et à lire également

Pas lui. Joueur d’avenir des Penguins de Pittsburgh à l’époque de sa sélection au premier tour du repêchage en 2007, le joueur de centre de 25 ans revient en Amérique du Nord pour se donner une ultime chance d’accéder aux plus hautes sphères du hockey professionnel.

«Je vais essayer une dernière shot, a-t-il expliqué en entrevue avec la chaîne TVA Sports, mardi. Je vais tout donner, parce qu’après ça, il n’y aura plus de chance pour moi. Avec tout ce qui m’est arrivé, j’ai vraiment hâte de montrer à tout le monde que je peux encore bien jouer.»

Fort Wayne est peut-être le meilleur chemin à emprunter pour l'espoir déchu des Penguins, puisque cette équipe est nouvellement affiliée à l’Avalanche, la formation de l’entraîneur-chef Patrick Roy. Ce dernier dirigeait Esposito quand il a tout cassé avec les Remparts de Québec à sa première saison dans la LHJMQ, en 2005-2006, quand l’équipe avait remporté la coupe Memorial.

«Dans le temps, tout ce qui pouvait bien fonctionner avait bien marché. Quand tout va bien, c’est un beau feeling, mais c’est dur d’être si haut et de tomber si bas.»

La descente

En effet, par après, Esposito avait vécu une baisse de régime qui avait refroidi les recruteurs et fait en sorte qu’il n’avait été sélectionné qu’au 20e rang du repêchage, au lieu du sommet comme lui prédisaient des experts après sa campagne de rêve.

«Je crois que c’était les deux heures les plus longues de ma vie. Je me souviens qu’il n’y avait même pas mon nom sur mon gilet parce que les Penguins ne pensaient pas que je serais encore disponible aussi loin.»

Quelques semaines avant la fin de son parcours chez les juniors, la malchance avait frappé.

«Je m’étais blessé à un genou et j’avais manqué huit mois d’activités. J’étais revenu trop de bonne heure, j’avais joué 10 matchs et m’étais blessé au même genou. J’avais raté un an au complet par la suite.»

Roulant sa bosse dans la Ligue américaine, Esposito a finalement choisi de mettre le cap sur l’Europe en 2012, où il a joué en Italie, en Finlande et en Autriche.

(D’après un reportage de @JP_TVASports)