Photo : Chad «Ochocinco» Johnson Crédit : Agence QMI

Alouettes de Montréal

Chad Johnson : dossier réglé

Publié | Mis à jour

Le point de mire au camp des Alouettes de Montréal sera le receveur de passes Chad Johnson, l’ex-joueur étoile des Bengals de Cincinnati ayant été embauché le mois dernier.

Le directeur général Jim Popp a confirmé que Johnson obtiendra, de l’immigration canadienne, son permis de travail temporaire pour jouer dans la Ligue canadienne de football.

À voir et à lire également

«Il a fallu attacher tous les fils, mais c’est fait. La demande de permis est actuellement traitée et on s’attend à ce que tout soit réglé avant le début du camp», a dit Popp.

Précédemment, Johnson, alias «Ochocinco», a dû purger une peine d’emprisonnement pour violence conjugale.

S’il évite les blessures et qu’il mérite un poste, il formera un trio de receveurs du tonnerre avec S.J. Green et Duron Carter.

Dans le cas de Jamel Richardson, qui se remet d’une sérieuse blessure à un genou, il sera présent au camp, mais les Alouettes ne précipiteront rien dans son cas, a indiqué Popp.

Woods à la place d’Emry

Il sera intéressant de voir qui remplacera Shea Emry au centre de la ligne secondaire. Popp a répété mardi qu’il compte sur les services de l’Américain Bear Woods, mais que les Alouettes auront deux ou trois options, selon la proportion entre les joueurs canadiens et américains. Marc-Olivier Brouillette représente l’une d’entre elles.

Popp ne se dit pas inquiet au sujet de la ligne à l’attaque. Cette dernière a perdu trois gros morceaux en Michael Ola, un joueur polyvalent qui a signé un contrat avec les Dolphins de Miami, de même que les Canadiens Scott Flory et Andrew Woodruff, qui sont à la retraite.

Le directeur général croit que les jeunes Ryan Bomben et Kristian Matte seront encore plus efficaces cette année, étant plus expérimentés, mais avoue que le départ d’Ola cause un trou.

Surprise à venir

Actuellement, il est difficile de savoir si une nouvelle convention collective sera entérinée à temps pour le début du camp le 1er juin, mais les dirigeants des Alouettes se préparent pour la nouvelle saison avec des promesses de rédemption.

«On a acquitté tous les frais pour tenir le camp à Lennoxville et si les joueurs ne se présentent pas le 1er juin, on sera tout de même au boulot en attendant leur arrivée», a indiqué Popp.

Les pourparlers reprendront mercredi à Toronto entre l’Association des joueurs et les dirigeants de la Ligue canadienne de football.

Les deux parties seraient toujours loin d’une entente au sujet du partage des revenus, notamment. Il est possible que les joueurs soient appelés à prendre un vote de grève dès cette semaine.

Popp confiait récemment qu’il serait fort surpris que les joueurs en viennent à déclencher une grève.

Il faut réaliser que pour plusieurs d’entre eux, surtout les athlètes américains, chaque chèque de paie a toute son importance afin de payer leurs comptes. Le syndicat aimerait que le salaire minimum grimpe à 55 000$.

Higgins brûle d’impatience

S’il fallait qu’un conflit de travail perturbe le début des camps, cela ne faciliterait pas la tâche du nouvel entraîneur-chef des Alouettes, Tom Higgins, et de ses adjoints.

En effet, celui-ci voit de grandes choses pour l’équipe, lui qui retrouve un poste d’entraîneur après avoir agi à titre de directeur des officiels pendant six ans.

«On va agréablement surprendre sur les gens, a lancé Higgins. On formera une bonne équipe dès le début de la saison, le 28 juin à Calgary.»

À l’aise rapidement

L’ancien pilote des Eskimos d’Edmonton et des Stampeders fonde ses espoirs, tout comme Popp, sur le retour en forme de vétérans comme Brandon Whitaker et Jamel Richardson, ainsi que sur la venue de joueurs d’expérience comme Larry Taylor, Jermaine McElveen, Diamond Ferri et Dave Stala.

Higgins a été impressionné par l’attitude affichée par les joueurs ayant pris part le mois dernier à un mini-camp en Floride.

«J’ai bien aimé ce que j’ai vu. Il y a beaucoup de talent chez les Alouettes. J’ai aussi pu constater que j’étais à ma place comme entraîneur-chef. Je suis très heureux d’avoir pu retrouver ce boulot. J’ai hâte de travailler lors du vrai camp à Lennoxville.»

Que de petits ajustements

À ses yeux, Higgins joint les rangs des Alouettes au moment propice, même si la formation a beaucoup déçu la saison dernière en présentant une fiche perdante de 8-10.

«L’équipe n’est pas en reconstruction. Il n’y a que de petits ajustements à faire, a-t-il souligné. J’aurai aussi la responsabilité des unités spéciales et je crois que Taylor peut avoir un gros impact sur le rendement de l’équipe sur ce plan par la qualité de ses retours de bottés, à la condition, bien sûr, qu’on fasse de bons blocs devant lui!»

Higgins s’attend à une belle compétition au camp entre Troy Smith et Tanner Marsh pour le poste de quart numéro 1. Smith a une longueur d’avance en raison du leadership qu’il affiche déjà.