Photo : Eric Staal, grand oublié des Jeux de Sotchi. Crédit : Agence QMI

LNH

Une victoire au goût amer pour Staal

Publié | Mis à jour

Pendant que les Canadiens jubilaient, la médaille d’or au cou au Palais de glace Bolchoï, dimanche, Eric Staal était mi-figue mi-raisin.

Pour ne pas dire amer.

Car le couronnement d’Équipe Canada, un deuxième consécutif aux Jeux olympiques, a frappé l’attaquant des Hurricanes de la Caroline telle une tonne de… lingots d’or.

«Sans doute, je suis déçu de ne pas avoir fait partie de cette équipe, a-t-il confié au Raleigh News and Observer.

DOSSIER : Sotchi 2014

«S’il y a une chance que les joueurs [de la Ligue nationale de hockey] retournent aux Jeux, je veux être de l’aventure.»

À Vancouver, en 2010, Staal était membre de la délégation canadienne qui a vaincu les Américains en finale. Il se souvient que ses coéquipiers des Hurricanes tâtaient à répétition sa médaille, lorsqu’il les a rejoints après le tournoi.

Une médaille olympique n’est pas tout, mais il n’en reste pas moins qu’elle représente un prix que seuls quelques privilégiés auront l’occasion de gagner au cours d’une carrière.

«C’est un grand exploit, a reconnu Staal. Les joueurs formaient une équipe unie à Sotchi. Ils se sont améliorés à mesure que le tournoi avançait et ils ont été récompensés à la fin.»

Staal n’est pas le seul joueur vedette canadien à avoir été négligé par Steve Yzerman. Le président des Flyers de Philadelphie, Ed Snyder, a été virulent à l’endroit de Hockey Canada et son directeur général Steve Yzerman, qui n’ont pas retenu l’attaquant Claude Giroux.

«Je crois que n’importe quel joueur dans la même situation que moi vit une déception lorsqu’il n’est pas sélectionné», a conclu Staal, qui aura 33 ans en 2018, lorsque les Jeux olympiques se transporteront en Corée du Sud.