Photo : Alex Ovechkin (centre) Crédit : REUTERS/Brian Snyder © Thomson Reuters 2014

Sports amateurs

Les meilleures déclarations des Jeux de Sotchi

Publié | Mis à jour

Les Jeux olympiques de Sotchi ont été spectaculaires à bien des égards, et pas seulement sur les sites des compétitions. Certains mériteraient d’ailleurs une médaille pour leurs commentaires émis pendant les deux dernières semaines.

DOSSIER : Sotchi 2014

À VOIR : La cérémonie de clôture

L’Agence QMI propose un palmarès des 10 citations les plus juteuses qui auraient valu à leurs auteurs un podium si une catégorie avait été créée à cet effet.

1- L’entraîneur cannibale

«Donc, vous pouvez me dévorer tout cru maintenant. Mangez-moi et je ne serai plus ici»

- Zinetoula Bilyaletdinov, entraîneur-chef de l’équipe russe de hockey masculin, qui répondait après l’élimination des siens en quart de finale contre la Finlande à une remarque d’un journaliste indiquant que le dernier pilote russe à avoir échoué avait été mangé vivant

2 – L’art de faire de belles rencontres

«Le niveau supérieur au village olympique, c’est Tinder. Tous les athlètes y sont ! Dans les villages des montagnes, ce ne sont que des athlètes ! C’est hilarant ! Et il y a plusieurs beaux gars là-bas»

- Jamie Anderson, planchiste américaine qui parlait de son expérience avec Tinder, une application web spécialisée dans les rencontres et bien en vue à Sotchi

3 – L’île des blessures

«La Fédération internationale de hockey sur glace ou le Comité international olympique remboursera-t-il nos détenteurs de billets de saison ? C’est une farce !»

- Garth Snow, directeur général des Islanders de New York, après avoir vu son capitaine John Tavares se blesser durant un match du Canada, compromettant ainsi sa saison

4 – L’homme invisible

«Ça pue ! Quoi dire d’autre ?»

- Alex Ovechkin, attaquant de la Russie ayant commenté sur NHL.com la défaite des siens face à la Finlande

5 – Le hockey et le reste

«Nous tous, et moi personnellement, vous souhaitons bonne chance. Évidemment, ça ne concerne pas tous les matchs de hockey»

- Vladimir Poutine, président de la Russie, au moment où il s’adresse aux athlètes canadiens au début des Jeux et où il admet sa partisannerie à l’endroit de l’équipe de hockey de son pays

6 – Les fous

«Je pense que nous jouons ici comme des malades. Donc, je suis très heureux de voir les gens assis à 200 pieds de distance»

- Mike Babcock, entraîneur-chef de l’équipe canadienne de hockey masculin, au cours d’une conférence de presse

7 – Un style qui ne plaît pas à tous

«Le style agressif prôné par les Canadiens ici est quelque chose que je n’aime pas de ce sport. Je ne crois pas que ça aide autrui, que ce soit le joueur concerné ou ses coéquipiers»

- Soren Gran, entraîneur de l’équipe britannique, qui commentait le comportement du skip Brad Jacobs et de ses partenaires à la veille de la finale de curling masculin opposant les deux formations

8 – Une danse colorée

«Je leur ai dit de patiner dans l’arc-en-ciel»

- Marina Zoueva, entraîneuse des patineurs artistiques canadiens Scott Moir et Tessa Virtue qui expliquait ce qu’elle avait conseillé à son duo de faire avant la compétition de danse

9 – Un peu de condescendance

«Les juges feront ce qu’ils veulent, mais la petite fille, Julia, est très bonne. (…) Cependant, quand on la regarde, peut-on dire qu’elle est vraiment la championne olympique ? Je ne sais pas»

- Frank Carroll, entraîneur de la patineuse artistique américaine Gracie Gold, qui aurait émis cette déclaration au quotidien «USA Today» au sujet de la Russe Julia Lipnitskaia

10 – De mauvais juges

«Les gens ne veulent pas voir un sport où des athlètes chutent et obtiennent des pointages supérieurs à d’autres qui n’ont pas commis d’erreurs. Les responsables doivent rendre des comptes et il faut mettre fin au jugement anonyme»

- Ashley Wagner, patineuse artistique américaine, qui a critiqué le système de notation de sa discipline