Photo : Alex Harvey Crédit : Agence QMI

Sports amateurs

Harvey survit à la déception

Publié | Mis à jour

Alex Harvey pensait à cette journée depuis quatre ans. Elle lui a donné la pire déception de sa carrière.

Le Québécois et son fidèle complice Devon Kershaw ont raté leur rendez-vous tant espéré avec l'histoire, mercredi, lorsqu'ils ont échoué en demi-finale du sprint par équipe en style classique. Au tableau final, ils ont été crédités du 12e rang.

DOSSIER : Sotchi 2014

«À Vancouver, on avait terminé quatrième à cette épreuve et on l'avait remportée, l'année suivante, aux championnats du monde. Durant les quatre dernières années, c'est la journée à laquelle je pensais le plus, a avoué Harvey, serein malgré sa déveine.

«J'y pensais à tous les jours. C'est une déception. Les gens pourront dire qu'on va apprendre de ça, mais il n'y a pas grand-chose à apprendre.»

Les Finlandais Livo Niskanen et Sami Jauhojaervi ont gagné la médaille d'or avec une avance rassurante sur les Russes Maxim Vylegzhanin et Nikita Kriukov. Les Suédois Emil Joensson et Teodor Peterson ont complété le podium.

Vite joué

Les espoirs du duo canadien ont vite fondu sous le doux soleil. À la première de ses trois boucles de 1,8 kilomètre, Kershaw a démontré qu'il n'avait pas la forme requise pour se livrer en spectacle. Il a donné le relais à son partenaire au sixième rang.

Harvey a alors tenté de se rapprocher du groupe de tête, ce qu'il a fait en partie, mais une commande similaire s'est posée à lui à son tour suivant, après que Kershaw eut éprouvé de nouveau des problèmes dans la montée.

Rétabli de maux de gorge et de symptômes de la grippe qui l'avaient mis en quarantaine de l'équipe durant quatre jours, Kershaw avait pourtant conclu dans les heures précédant la course -avec l'accord de son médecin- qu'il pourrait s'élancer sans problème.

Sa méforme aura finalement créé des retards insurmontables pour Harvey, qui a déjà connu lui aussi de meilleures journées.

«Je pensais avoir assez de puissance, mais parfois, ce que ton cerveau te dit et ce que ton corps te donne, ce sont deux choses complètement différentes. Mon cœur voulait à 100 pour cent, mais les jambes et le corps n'étaient pas là», a confessé Kershaw.

«Moi non plus, je n'étais pas assez fort aujourd'hui. Si j'étais un super héros, j'aurais remonté. Les deux collectivement, nous n'étions pas assez forts», a ajouté Harvey.

«On court pour le pays»

L'équipe féminine formée de Dasha Gaïazova et Perianne Jones a connu la même issue en ne se qualifiant pas pour la finale.

Ce concours du sprint par équipe a ceci de pointu que les deux partenaires doivent connaître leur meilleure journée ensemble. Harvey, pour un, ne veut pas jeter le blâme sur son allié Kershaw, nettement moins dans le coup depuis deux ans.

«Aux Jeux à Vancouver, Devon m'avait donné le relais en deuxième position au dernier tour et c'est moi qui a reculé quatrième. Le sprint par équipe, on le court pour le pays. Sur la ligne de résultat, c'est marqué Canada, ce n'est pas marqué Alex ou Devon», soulève-t-il.

«On meurt ou on vit ensemble. On tombe les deux ou on survit les deux. Aujourd'hui, on a tombé tous les deux...»