Photo : Zdeno Chara n'est pas le premier olympien de sa famille Crédit : Agence QMI

Hockey

JO : une histoire de famille

Publié | Mis à jour

Les Jeux olympiques, c'est aussi une histoire de famille. Spécialement au hockey!

On compte plusieurs duos de frères dans les équipes de hockey, notamment les Ericsson pour la Suède, les Raffl pour l'Autriche, les Olimb pour la Norvège et les Rodman pour la Slovénie.

DOSSIER : Sotchi 2014

Plus impressionnant encore, les frères et sœurs Phil et Amanda Kessel ont été les deux premiers marqueurs des tournois de hockey masculin et féminin, à Sotchi.

La combinaison parent-enfant aux Olympiques existe également.

Brian Lebler, Paul Stasny, Radko Gudas, Denis Hollenstein, Vladimir Tarasenko  et Ryan Suter ont tous vu leur père représenter leur pays aux Jeux olympiques.

Le père de Suter, Bob, était d'ailleurs de la formation américaine qui a battu les Russes à Lake Placid en 1980.

Le père de Zdeno Chara a lui aussi participé aux Jeux olympiques… En 1976 à Montréal, Zdeněk Chara faisait partie de l’équipe tchécoslovaque de lutte gréco-romaine.

Anze Kopitar peut lui aussi compter sur son paternel, qui est l'entraîneur de l'équipe slovène.

Les revenants

Sotchi c'est aussi une histoire de revenants.  Peter Nedved a  représenté le Canada aux Jeux olympique de Lillehammer, en 1994.

Celui qui a joué près de 1000 matchs dans la LNH s'est retiré du grand circuit en 2007. Il joue en République Tchèque depuis, et à 42 ans, il représente son pays aux Olympiques, pour la première fois depuis 1994.

Histoire similaire dans le cas de Sandis Ozolinsh. Champion de la Coupe Stanley, Ozolinsh a quitté la LNH en 2008 pour se joindre à l'équipe lettonne de Riga dans la KHL.

En 2006, après Turin, il a annoncé sa retraite du hockey international.  Il a cependant pris la décision de revenir au jeu, spécialement pour aider la Lettonie à se qualifier pour Sotchi.

Parlant de joueur âgé, mentionnons Jaromir Jagr, qui à 42 ans, en est à ses cinquièmes JO. Même chose pour Lubomir Visnovky à 37 ans.

Encore plus impressionnant, Teemu Selanne en est à ses sixièmes olympiades, et force est d’admettre qu’il est toujours aussi dominant.

D'après le reportage d'Alexandre Régimbald.