Photo : Louis Jean et le commissaire de la LNH, Gary Bettman Crédit : Capture d'écran TVA Sports

LNH

Les travaux de Gary Bettman

Publié | Mis à jour

Qu’on l’aime ou non, Gary Bettman est en poste depuis 21 ans maintenant. Il a d’ailleurs laissé une trace indélébile sur la Ligue nationale de hockey.

Le 1er février 1993, il est devenu le premier commissaire de la riche histoire du circuit. Quand il est arrivé, la LNH était à la croisée des chemins; les revenus stagnaient et étaient largement inférieurs à ceux de la NFL, du baseball majeur et de la NBA.

«Les revenus tournaient aux alentours des 400 millions $ [américains] lorsque j’ai pris les commandes», a spécifié Bettman dans une entrevue exclusive livrée dans les bureaux de TVA Sports à Montréal. 

Deux décennies plus tard, la ligue frôle les 4 milliards $ par année. Le sport a grandi et prospère. Les revenus ont atteint de nouveaux sommets et le commissaire a apporté de la stabilité dans les marchés en danger. Pourtant, au début de son règne, plusieurs avaient remis en question son habileté à faire grandir le sport, car il provenait de la NBA.

«Nous avons conclu avec nos joueurs une convention collective de longue durée comprenant un solide système économique, a-t-il expliqué. Nous avons signé des ententes à long terme avec des entreprises médiatiques au Canada et aux États-Unis. En termes de force et de stabilité, la ligue n’a probablement jamais été meilleure.»

Le plus ancien des commissaires

Le numéro 1 de la NBA, David Stern, ayant pris sa retraite, Bettman est désormais le commissaire ayant le plus d’années de service au sein du sport professionnel nord-américain.

«Je me sens bien, car j’aime ce que je fais, mais quand vous parlez de ça, je commence à me sentir vieux!» a-t-il blagué.

Toutefois, Bettman a tout de même accompli de grandes choses, considérant que plusieurs partisans et même des dirigeants de la LNH n’étaient pas complètement convaincus à son sujet. Il est responsable de l’augmentation du nombre d’équipes qui est passé de 24 à 30. Il a été un magicien pour trouver des propriétaires pouvant relever des concessions moribondes.

Cependant, son curriculum vitae comprend une grosse tache : trois conflits de travail, incluant un lock-out qui a forcé l’annulation de la saison 2004-2005. Ainsi, la coupe Stanley n’a pas été remise aux gagnants pour la première fois depuis sa création, en 1892.

Cependant, Bettman assure que sa priorité a toujours été de faire grandir son sport.

«Tout commence avec le jeu sur la patinoire. À ce niveau, ça n’a jamais été aussi bon et c’est un aspect sur lequel nous travaillons quotidiennement», a-t-il déclaré. 

Une éventuelle expansion?

La LNH étant sur des bases solides, l’expansion est devenue à nouveau un sujet chaud. «Nous n’y sommes pas encore, a-t-il dit ironiquement. Il y a beaucoup de villes, incluant Québec, qui ont démontré leur intérêt pour obtenir une formation. Actuellement, nous aimons l’endroit où nous nous situons en tant que sport et je ne sais pas ce que l’avenir nous réserve. Néanmoins, nous restons à l’écoute.»

Ce week-end, la LNH cessera ses activités pour deux semaines afin de permettre à ses vedettes de participer aux Jeux de Sotchi. Ce n’est pas le scénario idéal pour elle, particulièrement en ce qui a trait aux questions de sécurité et au décalage horaire. À ce sujet, Bettman n’est pas prêt à garantir la présence de ses joueurs aux Olympiques suivant ceux de février.

«Je ne sais réellement pas ce que le futur dira. En gros, nous y allons parce que c’est important pour nos hockeyeurs de représenter leur pays. Et aussi, nos partisans nous indiquent que c’est fondamental à leurs yeux», a-t-il déclaré.

La Coupe du monde de hockey

Pour la suite, la priorité semble la renaissance de la Coupe du monde. Cela pourrait survenir dès l’automne 2015.

«C’est une chose sur laquelle nous avons le contrôle; lors des Jeux olympiques, nous ne sommes que des invités. Nous pouvons décider de l’endroit et du moment. Je pense qu’il faudrait se concentrer sur ce dossier et c’est ce que nous ferons d’ailleurs», a-t-il ajouté.