Photo : Bobby Ryan n'a pas été choisi dans l'équipe américaine. Crédit : Agence QMI

LNH

Ryan : la «lâcheté» américaine

Publié | Mis à jour

Soyez certains d’une chose : si les Sénateurs d’Ottawa devaient un jour échanger Bobby Ryan, ce ne serait pas aux Flames de Calgary, où Brian Burke officie.

Burke, actuel directeur général et président des opérations hockey des Flames, s’est présenté comme un détracteur de Ryan dans le processus de sélection de l’équipe américaine en vue des Jeux olympiques de Sotchi, décriant son «manque d’intensité» et sa «passivité».

Ryan éprouvait déjà une grande déception d’avoir été ignore par «Team USA»; voilà que la frustration s’est emparée de l’attaquant des Sénateurs et a montré du doigt la «lâcheté» de leur comportement.

«[Les États-Unis] auraient pu simplement me retrancher, a lancé Ryan au quotidien Ottawa Sun. C’est malheureux qu’ils pensent cela de moi. À un certain niveau, tu dois respecter leur choix, ils doivent former une équipe, mais dois-je absolument l’approuver? Certainement pas.

«Je me sens presque dénigré et rabaissé à cause de ce qui a été dit. Je vais m’en souvenir et m’en servir comme motivation supplémentaire.»

Le «vocabulaire» de Ryan

Dans une publication du réseau américain ESPN racontant comment s’est déroulé le processus de sélection américaine, connue mercredi à la Classique hivernale d’Ann Arbor, l’opinion de Burke à propos de Ryan a été connue.

«Le mot "intensité" n’est pas dans son vocabulaire et il n’en fera jamais partie, a dit Burke. Il ne peut même pas épeler ce mot.

«J’aurais dû choisir [le défenseur] Jack Johnson [au repêchage de la LNH en 2005]», a ajouté celui qui a sélectionné Ryan à l’époque où il était directeur général des Ducks d’Anaheim.

Burke a lâché un coup de fil à Ryan mercredi, jour de l'annonce, sans parvenir à rejoindre le joueur. Ce dernier n'a pas retourné l'appel de son ancien patron.

Un marqueur de 30 buts

Les Ducks ont échangé Ryan aux Sénateurs cet été en retour d’un choix de premier tour au repêchage de 2014 et de deux joueurs, dont Jakob Silfverberg.

L’attaquant de 26 ans a inscrit 18 buts et autant d’aides pour un total de 36 points en 42 matchs à Ottawa cette saison. À Anaheim, il a connu quatre saisons consécutives de plus de 30 buts entre 2008 et 2012.

Ryan est en fait le deuxième meilleur buteur américain dans la LNH depuis qu’il évolue à temps plein sur le circuit, soit depuis la campagne 2008-2009, derrière Phil Kessel des Maple Leafs de Toronto.

L’ailier, deuxième choix au total de l’encan 2005, a dû patienter quelques années avant de devenir un joueur de la LNH à proprement dit. C’est quand Burke a quitté son poste chez les Ducks que Ryan est sorti de la Ligue américaine pour se joindre au grand club pour de bon.