Photo : Michael McCarron Crédit : Agence QMI

Canadiens de Montréal

Michael McCarron peine à s'ajuster

Publié | Mis à jour

Le premier choix du Canadien de Montréal au dernier repêchage, Michael McCarron, connaît des débuts bien modestes chez les Knights de London, dans la Ligue junior de l’Ontario (OHL).

Avec seulement cinq points en 12 matchs, dont un but, l’Américain reconnaît être encore dans une période de transition.

Les attentes sont toujours très élevées envers un choix de premier tour. Elles le sont probablement encore plus lorsqu’il s’agit d’une sélection du Canadien de Montréal, surtout qu’il s’est lui-même comparé à l’un des ennemis jurés du Canadien, Milan Lucic, des Bruins de Boston.

«C’est certain que je ne suis pas content de mes statistiques depuis le début de la saison, a-t-il reconnu lors d’un entretien téléphonique, mercredi. J’y pense toujours un peu.

«Par contre, c’est ma première année dans la Ligue canadienne et je suis toujours en train d’apprendre. Le style de jeu est différent de l’USHL, où j’ai joué l’an dernier.»

Pas que les statistiques

Avec la formation du programme de développement américain qui évolue dans l’USHL, il avait amassé 10 points, dont cinq buts, en 19 matchs.

McCarron ne croit toutefois pas que l'on doit juger son début de saison simplement par les statistiques. Joueur au gabarit imposant, à 6 pi 6 po et 238 lb, il sait faire sentir sa présence sur la patinoire.

Le week-end dernier, il a jeté les gants contre le défenseur du Storm de Guelph Chadd Bauman.

«C’est mon rôle. Je suis un attaquant de puissance. J’essaie de créer des choses afin de redonner de l’énergie à l’équipe.»

Expérience unique

N’empêche que l’ailier droit de Grosse Pointe, au Michigan, a réussi avec brio sa première impression à l'endroit du personnel d’entraîneurs du Tricolore en connaissant un bon camp d’entraînement.

«Ce fut une très belle expérience. J’ai vraiment eu beaucoup de plaisir. Ça m’a également permis de réaliser que je devais être plus rapide afin de jouer au prochain niveau.»

C’est d’ailleurs ce sur quoi le Canadien lui a demandé de travailler cette année. McCarron affirme être en contact régulièrement avec l’organisation.

«Ils veulent que j’améliore ma vitesse et mon accélération.»