Dan Boyle

Photo : Dan Boyle sera-t-il des Jeux olympiques de Sotchi? Crédit : REUTERS/Jeff Haynes © Thomson Reuters 2013

Hockey

La vitesse, la clé pour Équipe Canada

Publié | Mis à jour

Équipe Canada aura un visage beaucoup plus jeune l’hiver prochain à Sotchi, en comparaison avec la formation qui a remporté l’or à Vancouver en 2010.

Scott Niedermayer ne sera pas de retour lorsque le Canada défendra son titre de champion olympique aux Jeux d’hiver de 2014, en Russie. Ni Chris Pronger, dont la carrière est pratiquement terminée en raison des commotions cérébrales.
 
Martin Brodeur n’est pas dans le portrait pour le poste de gardien de but, alors que Dany Heatley, Jarome Iginla, Patrick Marleau et Brenden Morrow seront probablement écartés pour laisser place à des jeunes plus affamés.
Avec la jeunesse vient un élément essentiel pour le Canada si le pays veut conserver sa médaille d’or : la vitesse.
 
Dans le passé, le manque de rapidité a joué un grand rôle dans les déconfitures canadiennes sur les grandes patinoires européennes. Vous vous rappelez de la déception de 2006 à Turin?
 
La sécheresse de l’attaque n’a certainement pas aidé les représentants de l’unifolié, mais la formation canadienne était certainement trop lente pour jouer à armes égales avec ses rivales européennes.
 
L’équipe du Canada, qui défendait son titre de 2002, était bâtie pour un jeu nord-américain avec Adam Foote, Wade Redden et Robyn Regehr à la défense, et un groupe d’attaquants comprenant Todd Bertuzzi, Shane Doan et Ryan Smyth.
 
Si on se base sur les joueurs sélectionnés pour participer au camp d’orientation, qui se déroulera de dimanche à mardi à Calgary, la future formation canadienne sera composée de joueurs capables de suivre la vitesse imposée sur les patinoires européennes.
 
Les défenseurs convoqués en Alberta le prouvent. Cinq arrières de la formation 2010 sont invités : Dan Boyle, Drew Doughty, Duncan Keith, Brent Seabrook et Shea Weber, ainsi que le substitut Jay Bouwmeester. Tous sont des défenseurs talentueux capables de transporter la rondelle. Même chose pour les nouveaux visages comme Mike Green, Kristopher Letang, P.K. Subban, Alex Pietrangelo et Marc Staal.
 
C’est la même histoire à l’attaque. Les joueurs capables de générer de l’offensive à haute vitesse risquent fort de se tailler un poste, comme par exemple Logan Couture, Taylor Hall, Steven Stamkos, John Tavares et Claude Giroux.
 
Les habitants de ce pays aiment bien dire que le hockey est un sport canadien, mais sur les grandes patinoires du Vieux continent, les Européens ont un avantage certain.
 
La seule chance du Canada est donc d’ajouter de la vitesse à sa formation.