Photo : Roberto Luongo Crédit : Agence QMI

LNH

Tortorella a confiance en Luongo

Publié | Mis à jour

Si l’on en croit les propos du nouvel entraîneur-chef des Canucks de Vancouver, John Tortorella, il n’y a pas lieu de s’inquiéter du gardien de but québécois de l’équipe, Roberto Luongo.

Tortorella a indiqué au Vancouver Sun qu’il avait discuté avec Luongo à quatre reprises depuis qu’il a été nommé à la barre de la formation de la Colombie-Britannique.

«En fait, je lui ai parlé hier [mercredi], avait indiqué Tortorella, jeudi. Il m’a dit qu’il travaille très fort en gymnase.

«Il sait qu’il y a beaucoup de discussions et qu’il y aura beaucoup de questions dirigées vers lui. Je pense qu’il est prêt pour cela, mais, au final, il m’a dit : "Je veux simplement jouer".»

La situation des gardiens de but chez les Canucks a été un vrai cirque depuis les deux dernières saisons - Luongo et Cory Schneider se disputant le titre de gardien numéro un -, mais elle a connu un dénouement inespéré au dernier repêchage de la LNH.

En effet, le directeur général des Canucks, Mike Gillis, a échangé Schneider aux Devils du New Jersey en retour de leur premier choix de l’encan amateur, devenu Bo Horvat.

Ceci a donc remis Luongo dans le siège du conducteur, malgré le fait qu’il possède un lourd contrat et qu’il avait semblé avoir coupé les ponts avec les Canucks.

Pour l'ancien entraîneur-chef des Rangers de New York et du Lightning de Tampa Bay, ce qui est arrivé dans le passé ne sera pas un problème.

«J’ai parlé beaucoup à ceux qui le connaissent et qui l’ont dirigé par le passé. Le consensus est qu’il est un vrai professionnel, a continué Tortorella.

«Tu peux être heureux à propos de ceci et malheureux à propos de cela, pourvu que tu sois prêt à jouer. Et je pense qu’il est conscient de cela. Alors, je suis très excité (de savoir) où il en est mentalement.»