Robert Verhelst

Photo : Robert Verhelst Crédit : Agence QMI

Sports amateurs

Courir… en uniforme de pompier

Publié | Mis à jour

Il est déjà extrêmement difficile de courir un Ironman. Alors, comment qualifier l’exploit de Robert Verhelst, qui a parcouru les 42,2 km du marathon, dans le cadre du Ironman de Mont-Tremblant, dimanche, avec son uniforme de pompier, casque et réservoir d’air inclus?

À LIRE AUSSI : Ian Laperrière, un ironman pour toujours | Bell l'emporte

Ce n’est pas la première fois que ce pompier du Wisconsin s’inflige une telle épreuve, ayant déjà complété cette dernière étape à plus d’une dizaine de reprises avec ces 65 livres supplémentaires sur lui.

«Je ne suis pas un des meilleurs athlètes du monde. Je suis peut-être un des plus fous, mais je ne suis pas au sommet», peut-on lire sur le site de la fondation Ironman.

Évidemment, Verhelst ne bat pas de records de vitesse, car il marche beaucoup plus qu’il ne court, maintenant une moyenne d’un peu plus de 11 minutes par kilomètre. Il a terminé l’épreuve en 16 h 30 min 48 s, avec un marathon en 8:04:11.

11 septembre 2001

Les attentats du 11 septembre 2001 à New York ont changé bien des vies. Dans le cas de Verhelst, il a choisi de prendre un virage pour le mieux. Dans les instants qui ont suivi les attaques sur le World Trade Center, Verhelst et ses collègues se sont rendus sur place pour y travailler sans relâche pendant huit jours.

C’est à la suite de cette expérience qu’il a compris qu’il devait en faire plus pour honorer ceux qui avaient perdu leur vie ce jour-là.

Il a donc commencé à courir des triathlons en leur mémoire et, plus tard, pour commémorer un autre pompier, de Los Angeles, victime d’un cancer.

Fondation Code 3

Verhelst a d’ailleurs mis sur pied la Fondation Code 3 for a Cure pour venir en aide aux pompiers atteints de cette maladie. Ce n’était toutefois pas assez pour lui et c’est là qu’il a décidé d’enfiler son uniforme pour la dernière portion du Ironman.

«Pour moi, de passer à travers ce genre de douleur et d’agonie est le minimum que je puisse faire pour rendre hommage à ces personnes, explique-t-il sur le site de sa fondation.

«L’inspiration derrière tout ça était d’aider les autres à voir le meilleur d’eux-mêmes, voir ce qu’ils peuvent faire pour qu’ils puissent repousser leurs limites comme ils ne l’auraient jamais imaginé.»

Verhelst a aussi profité de son passage à Mont-Tremblant pour aller visiter la caserne de pompiers de l’endroit.