Daniel Brière

Photo : Daniel Brière Crédit : TVA Sports / Joanie Godin

Canadiens de Montréal

«C'était fantastique» - Brière

Publié | Mis à jour

Daniel Brière est un joueur du Canadien depuis déjà un mois, mais ce n'est que samedi qu'il a finalement pu vivre ses premiers moments dans l'uniforme tricolore.

Après avoir visité les installations de l'équipe en matinée - et visité le «bon» côté du vestiaire au Centre Bell - , le nouveau numéro 48 a pris part à un match de hockey-balle avec des joueurs de tennis dans le cadre de la Coupe Rogers.

«Le simple fait de marcher à travers la foule a été fantastique. J'ai reçu un bel accueil et je suis heureux d'avoir été invité», a-t-il dit à sa première rencontre officielle avec les médias montréalais.

Mais il a surtout souligné la fierté d'un père de voir ses fils enfiler le même uniforme qu'il rêvait de porter quand il était petit.

D'ailleurs, Brière a raconté pourquoi il portait désormais le 48, après avoir porté le 14 durant ses années junior à Drummondville avec les Voltigeurs et le 8 à Phoenix.

«Quand je suis arrivé à Buffalo, un joueur portait déjà le numéro 8 et le 14 était retiré. J'ai donc fait un mélange avec les deux», a dit le Québécois, qui sera le premier à le porter à Montréal depuis Jean-Jacques Daigneault, un de ses nouveaux entraîneurs.

Un avant-goût

Brière a eu un avant-goût de ce qui l'attend au cours des prochains mois lorsqu'il marquera des buts au Centre Bell, puisqu'au Stade Uniprix, il en a inscrit deux et a été applaudi par les amateurs présents.

«Si je peux en marquer deux par matchs, ça me ferait une bonne saison!» a-t-il lancé en riant.

Craignait-il entendre des huées, qui étaient inévitables lors de ses précédents passages au Centre Bell?

«Ce n'était pas une inquiétude, mais je me disais que ça se pouvait que ça arrive. Mais ça fait partie du jeu. Je me suis toujours dit que c'était une bonne chose, parce que si les gens m'ignoraient, ça voudrait dire que je ne fais pas grand-chose en étant dans l'équipe adverse, a-t-il dit.

«Je suis choyé d'être ici et même s'il y en a qui me huent, ça ne me dérange pas. Mon but est de prouver à tout le monde que je veux être ici, que je suis content d'y être et que j'ai ma place avec le Canadien.»

Loin de ses enfants

Brière n'est pour l'instant que de passage à Montréal, le temps de se trouver, entre autres, un endroit où rester avec sa copine. Ses enfants, âgés de 12, 13 et 15 ans, passeront toutefois la prochaine année à Philadephie.

«Je vais profiter du reste de l'été pour passer du temps avec eux, car je ne les verrai pas beaucoup durant la saison. Ils sont plus vieux, alors c'était difficile de les avoir ici avec moi. Ils sont déjà inscrits à l'école et au hockey là-bas», a-t-il précisé.

À défaut d'avoir ses fils dans les estrades, Brière pourra compter sur ses parents et ses proches, qui feront très souvent le trajet Gatineau-Montréal pour venir l'encourager.

«Je ne sais pas encore combien de billets ça va prendre pour les matchs, mais c'est sûr que ce sera plus qu'à Philadelphie!»