Didier Woloszyn

Photo : Didier Woloszyn Crédit : © Capture d'écran TVA Sports

Sports amateurs

Un homme de fer... 33 fois plutôt qu'une!

Publié | Mis à jour

Si compléter une épreuve Ironman est déjà une tâche colossale, même pour certains grands athlètes, en faire 33 en autant de jours semble pratiquement irréel.

C’est pourtant ce que vient de réaliser le Québécois d’origine française Didier Woloszyn, samedi, du côté de Laval. Il pourrait maintenant voir son nom dans le prestigieux livre des records Guinness.

Il faudra cependant d’abord voir si les documents déposés en preuves seront suffisants pour homologuer ce record.

Son rêve un peu fou est maintenant chose du passé. Chaque jour, l’homme de 42 ans a parcouru 3,8 km de natation, 180 km de vélo et 42,2 km de course à pied. Cela veut donc dire qu’au total, il a complété un peu moins de 7500 km.

«J’ai des sentiments partagés, a affirmé Woloszyn à la chaîne TVA Sports tout juste après avoir réalisé son exploit. D’un côté, j’ai des sentiments de joie et de plaisir. Cependant, il y a aussi un peu de tristesse, parce que nous partageons toute une aventure humaine que peu de gens ont la chance de vivre.

«Dans son cas, le mot abandon n’existe pas dans son vocabulaire, c’est certain, a ajouté l’une des bénévoles qui s’est occupée de Woloszyn, Chantale Murphy. Il y a eu certains moments difficiles dans la piscine, et au départ, il était émotif.»

Une équipe derrière Woloszyn

Le Québécois d’origine française n’a pas pu accomplir cela sans un peu d'aide. Une équipe de 50 bénévoles était à ses côtés sur une base quotidienne. Elle l’a notamment aidé pendant les nombreux moments difficiles de son périple.

«Il y a eu beaucoup de découragement, a expliqué l’un des bénévoles, Éric Lafrance. Il a eu beaucoup de souffrances, principalement aux pieds et aux genoux. Certains devaient lui donner de la nourriture, d’autres ont compté ses tours ou lui ont donné de l’eau. Certains autres bénévoles étaient derrière lui, à vélo, et le supportaient pendant qu’ils roulaient avec lui.»

Woloszyn a notamment été suivi par un médecin, Normand Martin, du Carrefour multisports de Laval.

«Nous étions à un niveau où nous n’avions aucune idée des complications qui pouvaient survenir, a-t-il affirmé. Chaque jour, nous prenions son poids, sa densité urinaire et nous nous assurions que son état d’hydratation était adéquat. Tous les deux jours, nous faisions un bilan sanguin complet.»

Finalement, tout s’est bien terminé, l’athlète est en plein santé. Il n’a souffert d’aucune complication pendant son périple.

(D’après un reportage de Jonathan Roberge)