Zdeno Chara (droite)

Photo : Zdeno Chara (droite) Crédit : REUTERS/Brian Snyder © Thomson Reuters 2013

Enrico Ciccone

La chute du mur Chara?

La chute du mur Chara?

Enrico Ciccone

Publié 27 juin 2013
Mis à jour 27 juin 2013

A-t-on été témoin de la chute du mur Zdeno Chara?

Une des choses les plus difficiles en tant que joueur de hockey, c’est de constater ton impuissance. De réaliser que tu n’es plus le joueur que tu étais.

Ça frappe. De plein fouet.

Je ne dis pas qu’il ne peut plus jouer dans la LNH. Loin de là.

Mais le respect et la crainte des joueurs à ton égard. Tu le ressens. Et quand tu perds ces deux choses, ne serait-ce qu’un peu, tu le ressens aussi.

Et j’ai l’impression que Chara l’a ressenti face aux Blackhawks de Chicago. Il a compris qu’il n’était plus aussi intimidant qu’avant.

Ses faits et gestes ne provoquaient plus les mêmes réponses. Les Hawks ont senti l’animal blessé, et ils l’ont attaqué.

Plus les joueurs te donnent de l’espace, plus tu te sens invincible. Mais que se passe-t-il lorsqu’on ne te donne plus d’espace? Qu’au contraire, on entre dans ta bulle et qu’on joue dans tes plates-bandes?

Eh bien le mur s’écroule.

L’été sera long

Chez les Bruins, c’est probablement lui qui va passer le pire été. Et pas seulement parce que la coupe Stanley a échappé aux Bruins. Mais surtout parce qu’il réalisera plusieurs choses.

Je ne dis pas qu’il ne sera plus un défenseur no 1. Mais il est en déclin, ça, c’est certain. Il devra s’ajuster et bien gérer ses décisions sur la glace. Il devra canaliser ses efforts.

Tout un travail psychologique attend Chara cet été. Parce qu’à 36 ans, il ne pourra plus jouer environ 30 minutes par match.

Il devra se préparer à en jouer 23. Et il ne devra pas se sentir personnellement attaqué.