Photo : Brad Richards Crédit : Agence QMI

LNH

Le contrat de Richards sera-t-il racheté?

Publié | Mis à jour

Si l’on se fit au niveau de jeu que démontre le joueur de centre des Rangers de New York Brad Richards, il serait plausible de penser au rachat de son contrat par l’organisation.

Il est très surprenant de voir l’ancien récipiendaire du trophée Conn-Smythe jouer sur le quatrième trio des «Blue Shirts» même s’il ne faudrait pas dissocier de l’équation une blessure non dévoilée.

Dans la même veine, Richards n’a passé que 5 min 58 s sur la glace lors de la défaite de 2-1 des Rangers aux mains des Bruins de Boston, mardi. La formation du Massachusetts mène cette série 3-0.

C’est à se demander si les partisans des Rangers ne le verront pas à l’œuvre pour la dernière fois, jeudi soir, alors que le club new-yorkais tentera d’éviter le balayage.

Richards n’en est qu’à la deuxième année de son contrat de neuf ans et 60 millions $. Cette saison, le natif de l’Île-du-Prince-Édouard devait recevoir 12 millions $, dont huit en raison d’un boni à la signature.

L’entraîneur-chef des Rangers, John Tortorella, est sans pitié dans son attribution du temps de glace et cela en dit beaucoup à propos du niveau de jeu de Richards.

«Je ne vais pas commencer à disséquer tout cela, a souligné Tortorella avant la troisième partie entre les Rangers et les Bruins. Vous pouvez vous acharner tant que vous le voulez sur lui, mais il a effectué de (bons) jeux.»

Richards semblait lent et a été incapable de créer de l’espace contre les Bruins.

Le même sort que Redden?

Les Rangers ont déjà utilisé un de leurs rachats spéciaux de contrats, à la suite de la nouvelle convention collective, pour se débarrasser du défenseur Wade Redden, maintenant avec les Bruins.

Il se pourrait que Richards n’ait jamais retrouvé ses repères après le lock-out. Il n’a pas joué pendant l’arrêt de travail et était impliqué dans les négociations. Peut-être qu’un été complet à s’entraîner et à récupérer est ce dont il a besoin. Peut-être que les Rangers ne devraient pas se précipiter à racheter son contrat et lui accorder une place dans leur formation.

Les Rangers n’auront pas de difficulté à s’adapter au nouveau plafond salarial de 64,3 millions $ l’an prochain. Pour l’instant 51,5 millions $ sont distribués pour payer 18 joueurs, dont Richards.

Toutefois, ceci n’inclut pas les augmentations considérables que les attaquants Derek Stepan, Carl Hagelin et Mats Zuccarello ainsi que le défenseur Ryan McDonagh risquent d'avoir. Ils seront tous joueurs autonomes avec compensation cet été.