Photo : Carey Price Crédit : REUTERS/Christinne Muschi © Thomson Reuters 2013

Canadiens de Montréal

Des moqueries inutiles

Publié | Mis à jour

Carey Price n’a rien fait pour reconquérir le cœur des partisans avec une autre sortie pénible. Après la rencontre, Josh Gorges a encore une fois pris la défense de son coéquipier. Il l’a fait avec un puissant plaidoyer contre les partisans qui se moquent de lui.

«Je n’aime pas ça quand les partisans se moquent de Carey, a affirmé Gorges. Ils n’aident pas Carey, ils n’aident pas l’équipe. Je comprends la frustration des partisans, mais nous le sommes également. Personne n’est heureux quand l’équipe perd. Ce n’est jamais la solution quand on rit d’un joueur.»

Réaction des partisans

Après le quatrième but des Capitals, une poignée de partisans ont commencé à applaudir Price après des arrêts de routine. « Je n’ai jamais compris cette réaction de la part de certains partisans, surtout dans ton propre édifice, a expliqué Gorges. Carey a été très bon pour nous cette année, il a été incroyable pour cette équipe depuis des années. Ce n’est pas juste de sa faute. Vous voulez rire de moi. C’est la faute de toute l’équipe. »

«Je me sens aussi visé quand les partisans rient de lui, a-t-il poursuivi. Il est un de mes très bons amis, pas juste un coéquipier. Je connais son caractère, je sais qu’il est fier. Il se bat pour être au sommet de sa forme, mais nous l’abandonnons. Je sais qu’il aimerait revoir un ou deux buts, mais le reste c’était la faute des autres gars sur la glace.»

D’un caractère souvent bouillant après une défaite, Price a calmement répondu aux questions des journalistes.

«On devra travailler plus fort à l’entraînement, a reconnu le numéro 31 du CH. Il faut retrouver une attitude positive et oublier cet autre mauvais match. Il y aura un enjeu encore plus important dans quelques jours avec le début des séries. Je devrai faire plus d’arrêts, mais on devra aussi mieux jouer en équipe.»

Diaz brise la glace

Raphael Diaz n’avait pas joué depuis le 25 février, soit une période de 25 rencontres. À son retour au jeu, le défenseur suisse a terminé le match avec un temps de jeu de 19 min 29 s. Il a aussi touché le poteau en première période.

«C’est difficile de parler de mon retour après une défaite, je n’aime pas ça perdre, a reconnu Diaz. Je me sentais bien sur la glace, mais je devrai retrouver le rythme d’un match.»

«C’était toutefois important de revenir au jeu avant les séries, a-t-il ajouté. J’espère m’améliorer rapidement.»

Diaz a bataillé pendant plusieurs semaines pour chasser complètement les symptômes d’une commotion cérébrale.

«Ce n’était pas facile mentalement, il y a eu des journées sombres, a dit Diaz. Heureusement, j’ai reçu l’aide de mes coéquipiers et des médecins.»

Il y a trois ans, Diaz avait également subi une commotion alors qu’il jouait dans son pays natal, en Suisse.