Photo : Craig Anderson Crédit : Agence QMI

Michel Langevin

Pression extrême sur les gardiens

Pression extrême sur les gardiens

Michel Langevin

Publié 09 avril 2013
Mis à jour 09 avril 2013

Il est clair que les Sénateurs ont réussi à faire ce que personne ne pensait possible pour eux cette saison: ne pas frapper le mur!

Depuis quelques matchs cependant, la troupe de Paul MacLean encaisse de durs coups et des défaites. Difficile de gagner dans la LNH quand une équipe parvient à peine à marquer deux buts par partie.

MacLean a eu la main heureuse dans le choix de ses gardiens de but tout au cours de la saison. Le jeu de la chaise musicale est maintenant terminé.

Ben Bishop ayant quitté, il ne reste plus que Craig Anderson et le jeune prodige Robin Lehner. Il n'y a plus d'ambiguïté. Anderson, qui présentait les meilleurs statistiques de la LNH avant d'être blessé, est le numéro 1. Lehner devra poursuivre son apprentissage dans un rôle de second.

À mon humble avis, ce sont les gardiens de but des Sénateurs qui ont fait la différence cette année en l'absence de Karlsson, de Spezza et de Michalek.

Imaginez, Ottawa se retrouve parmi les cinq pires équipes de la LNH au chapitre des tirs accordés à l'adversaire, possède une défensive composée de trois recrues ayant disputé moins de 50 matchs dans le circuit.

Les joueurs ne bloquent pas beaucoup de tirs dirigés vers le filet. Les sénateurs sont dans le denier tiers de la LNH à ce chapitre.  Et pourtant, ils présentent une des trois meilleures fiches défensives de toute la LNH.

Anderson devra être excellent

Même si l'on rêve au retour des Karlsson et Spezza pour les séries, la réalité c'est que si les gardiens de but connaissent une baisse de régime, il n'y aura pas de séries.

Cela place une pression extrême sur les épaules de Craig Anderson. Il ne peut pas se contenter d'être bon, il doit être excellent. Sinon, on dira de lui qu'il a connu une baisse de régime et qu'il n'aura pas réussi à voler des matchs comme il l'avait si bien fait avant de rater 19 rencontres en raison d'une blessure.

Et si jamais Anderson connaissait des ratés, le jeune Lehner devra, à 21 ans, transporter son équipe jusqu'à la grande danse du printemps. 

Curieusement, les Sénateurs auraient pu s'écraser plus tôt dans la saison, et on aurait compris, mais avec quelques semaines au calendrier, une avance de quelques points sur le huitième rang  dans l'association de l'Est, les gardiens n'ont pas de marge de manœuvre, encore une fois.....