Photo : Warren Cromartie Crédit : Agence QMI

Jacques Doucet

Et les sceptiques seront…

Et les sceptiques seront…

Jacques Doucet

Publié 23 mars 2013
Mis à jour 23 mars 2013

L’ancien numéro 49 des Expos, Warren Cromartie, est revenu à la charge, la semaine dernière, avec «Projet Baseball Montréal» et il était fier d’annoncer qu’il avait réussi à s’adjoindre des alliés importants dans le but de mousser la candidature de Montréal pour le retour d’un club du baseball majeur.

Il est bon de voir que le milieu des affaires québécois, surtout de la métropole, n’est pas froid à l’idée d’un tel retour à Montréal… malgré le fait que ce même milieu n’a pas réagi afin de garder les Expos à Montréal en 2004.

La Chambre de commerce du Montréal Métropolitain et la communauté des affaires vont partager le coût d’une enquête auprès des hommes d’affaires et du public afin de connaître s’ils sont prêts à considérer sérieusement le retour du baseball majeur dans la métropole.

La réponse du public, en ce qui me concerne, est déjà connue d’avance, car les amateurs de baseball du Québec (qui sont légion) le souhaitent ardemment.

Reste à savoir si le monde des affaires compte assez de mordus du baseball pour s’investir à fond dans un tel projet qui, si l’on devait construire un nouveau stade, pourrait nécessiter un portefeuille d’environ un milliard de dollars.

Comme disait si bien le Capitaine Bonhomme : «Les sceptiques seront confondus… dus, dus, dus…»

Et moi, je ne demande qu’à l’être…

Viva la Domenicana!

L’équipe nationale de la République Dominicaine a été couronnée championne de la récente Classique Mondiale du baseball à l’issue d’un parcours parfait de huit victoires en autant de rencontres.

La filière dominicaine des Blue Jays de Toronto y a été pour beaucoup dans ce premier titre mondial, alors que Jose Reyes, Edwin Encarnacion, Moises Sierra et Ricardo Nanita ont tous contribué largement aux succès de l’équipe.

Reyes a affiché une moyenne offensive de ,314 tout en inscrivant six points tandis qu’ Encarnacion a produit six points, dont les deux premiers lors du match de championnat contre la troupe de Porto-Rico. Quant à Sierra et Nanita, deux espoirs des Jays, leur participation a été plus effacée, mais des coups sûrs opportuns et des jeux spectaculaires en défensive ont été notés.

Enfin, bravo à Moises Alou qui à titre de directeur-gérant de la formation dominicaine a fait honneur à la réputation de sa famille. Il devait être particulièrement heureux d’avoir vu sa troupe triompher à San Francisco, ville dans laquelle son père Felipe et ses oncles Matty et Jesus ont fait leurs premiers pas dans le baseball majeur avec les Giants.

Somme toute, l’édition 2013 de la Classique Mondiale aura servi à mousser la popularité du baseball sur la scène internationale, surtout avec le succès inespéré de l’équipe des Pays-Pays et la domination latine des représentants de Porto-Rico et de la République Dominicaine.