Milan Michalek et Guillaume Latendresse

Photo : Guillaume Latendresse, avec Milan Michalek (à gauche) Crédit : Agence QMI

Michel Langevin

Latendresse veut encore se battre

Latendresse veut encore se battre

Michel Langevin

Publié 07 mars 2013
Mis à jour 07 mars 2013

Après une semaine fort éprouvante pour la troupe de Paul MacLean, on commence à reprendre espoir chez les Sénateurs d'Ottawa.

Tout d'abord, Milan Michalek est revenu au jeu. Il a donné ses premiers coups de patin contre les Maple Leafs de Toronto,  passant plus de 18 minutes sur la patinoire dans une défaite de 5 à 4. Un match qui a d’ailleurs été digne de la «Bataille de l'Ontario»!

Ensuite, on a appris que la réhabilitation de Jason Spezza allait bon train, qu’il patinait tous les jours et qu’il pourrait même revenir au jeu d'ici trois semaines.

Il y a aussi Guillaume Latendresse, que l'on retrouvera en uniforme dès cette semaine...

Et c'est justement de Guillaume dont je vais vous parler.  

C'est tellement facile de le juger, ce l'était quand il était à Montréal et ce l'est encore aujourd'hui. On lui a reproché plein de choses au cours de sa carrière : de manquer de vitesse, de sérieux à l'entraînement, de manquer de maturité, etc... Il en est rendu à un point ou on se demande s'il survivra dans la LNH l'an prochain.

Certains dans mon entourage avancent même qu'il n'aime plus jouer au hockey, imaginez!

Pourtant, il est ici question d'un joueur qui a déjà marqué 27 buts au cours d'une seule saison, en 2009-10...

Une question de préparation

Je me questionne sur la préparation de Guillaume cette année. Après avoir souffert de symptômes de commotion cérébrale, il a bénéficié de six longs mois supplémentaires pour se remettre sur pied, le tout en sachant qu'il allait se rapporter aux Sénateurs d'Ottawa et ainsi tenter de relancer sa carrière.

Il n'a joué que 27 matchs au cours de ses deux dernières saisons. À mon avis, il aurait dû faire comme bien d'autres joueurs et se dénicher une place au sein d’une ligue en Europe, question de jouer, ne serait-ce que 10 parties, pour retrouver son synchronisme et se remettre dans le bain...

Après tout, il a signé un contrat de la LNH : ne me dites pas qu'il n'était pas en mesure d'obtenir un essai avec un club quelque part sur le Vieux Continent. 

En six matchs avec les Sénateurs, il a été victime d'une solide mise en échec suivie de migraines. On a craint le pire : récidive de commotion cérébrale.  Erreur! Un spécialiste aux États-Unis aurait mis "le doigt sur le bobo" et tout serait revenu dans l'ordre...

La volonté de continuer

Disons que ça aurait été très facile pour notre ami Guillaume de prétendre qu'il avait des maux de tête et qu'il souffrait d'insomnie pour demeurer chez lui à toucher son salaire. Il aurait peut-être même pu annoncer sa retraite et s'occuper de sa conjointe ainsi que de leur futur enfant...

Vous savez, les symptômes de commotion cérébrale, ce n'est pas ce qui a de plus évident. Mais en réalité, Latendresse veut encore se battre, il veut continuer.

En admettant que tout soit rentré dans l'ordre, il n'a plus d'excuses. Il s'expose. Il bénéficie de 20 matchs pour faire taire ses détracteurs et prouver qu'il appartient toujours à la LNH.

Malgré tout ce que l'on peut dire à son sujet en coulisse, tout ce qu’on peut raconter sur ses habitudes de travail, je pense qu'il mérite une chance.

J'espère pour lui qu'il pourra aider son équipe, regagner sa crédibilité et sauver sa carrière...