Photo : Alex Tanguay et Jarome Iginla Crédit : Agence QMI

LNH

Les rumeurs fusent à Calgary

Publié | Mis à jour

Les rumeurs de transactions s’intensifient ces derniers jours en provenance de Calgary.

Chaque jour d’ici la date limite des transactions, le 3 avril prochain, ces rumeurs - certaines étant plausibles et d’autres, complètement ridicules - deviendront encore plus insistantes.

Après tout, avec une équipe vieillissante qui compte dans ses rangs le joueur autonome sans compensation en devenir, Jarome Iginla, et le gardien Miikka Kiprusoff, à qui il ne reste qu’une année à son contrat, il serait logique pour les Flames d’être des vendeurs.

«Ils en parlent depuis trois ans, a indiqué l’attaquant Alex Tanguay à propos de la possible vente de feu des Flames. Oui, j’y pense, mais je veux participer aux séries éliminatoires ici. Je ne les ai pas faites depuis trois ans.

«J’ai eu la chance de participer aux séries éliminatoires lors de mes neuf premières années de ma carrière. J’ai tenu cela pour acquis. Je ne les avais jamais manquées en pensant que c’était facile de s’y rendre. Nous pensons pouvoir y participer.»

Gagner pour éteindre les rumeurs

Si les Flames (8-8-4) veulent reléguer aux oubliettes ces rumeurs de transactions, ils vont devoir remporter des parties au cours des quatre prochaines semaines.

«Gagner des parties devrait être notre seule priorité en ce moment, a indiqué l’entraîneur-chef Bob Hartley. Peu importe qui est le gardien de but, le joueur de centre ou le chanteur des hymnes nationaux.»

Les joueurs le savent également, ayant été écartés des séries éliminatoires par une marge minime de points au cours des dernières saisons.

«Nous sommes certainement ici pour gagner et avons le sentiment que nous en sommes capables, a continué Tanguay. Mais nous le disons depuis longtemps. Nos actions doivent parler plus fort que nos mots.»

Le duel contre les Sharks de San Jose, mercredi soir, est le commencement d’une série de sept rencontres lors desquelles, selon Hartley, l’équipe doit s’approprier neuf points au classement.

«Si nous réussissons, nous rejoindrons le groupe, a souligné l’entraîneur-chef. Après cela, nous serons en confiance.

«Je ne fais que regarder le classement. C’est la motivation la plus facile à trouver. Être parmi les huit meilleures équipes et ensuite continuer de grimper (au classement), voilà le défi.  Ça devrait être notre but. Ça devrait être notre état d’esprit.»